CAMPESINOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les campesinos sont des ouvriers agricoles qui travaillent sur les grandes plantations californiennes. Venant en fraude des Philippines ou du Mexique, ils rejoignent les chicanos, Américains d'origine mexicaine, et forment un sous-prolétariat soumis aux fluctuations de l'embauche quand en 1965 se déclenche une grève qui durera cinq ans.

À cette époque, Luis Valdez, chicano, fils d'ouvrier agricole, est comédien dans un groupe d'agit'prop, la San Francisco Mime Troup, qui travaille à partir d'improvisations sur le modèle de la commedia dell'arte. Luis Valdez prend contact avec la N.E.W.A. (National Farm Worker Association), qui s'est jointe au mouvement de grève, et forme un petit groupe militant qui parcourt les campagnes dans un camion, jouant sur la plate-forme même de courts spectacles didactiques très simples : les actos. Ils parlent chicano, mélange d'espagnol et d'anglais argotique. Ils jouent pour ces opprimés, décrits trente ans auparavant par Steinbeck dans Les Raisins de la colère. Cette fois, il ne s'agit pas de les raconter, mais de leur parler.

C'est ainsi que naît le Teatro Campesino qui ne cesse de participer à l'existence des grévistes que pour aller en ville jouer devant les sympathisants et gagner de quoi vivre. Ses membres ne reçoivent ni bourse ni subvention et, bien évidemment, il est hors de question pour eux de faire payer leurs spectacles aux ouvriers, parmi lesquels Valdez trouve ses comédiens. Son répertoire s'élargit à des pièces plus longues que les actos ; ce sont alors des sortes de farces épiques, tirées de l'histoire du peuple chicano et destinées à lui faire prendre conscience de son identité. Dans l'un et l'autre cas, Valdez écrit les textes et construit les spectacles. Il repousse le naturalisme, fait reconnaître la réalité à travers la fable, la métaphore, la caricature à travers des signes visuels immédiatement lisibles (par exemple, des pancartes jaunes pour les briseurs de grève, un masque de cochon pour le patron). Il transmet une morale optimiste qui doit encourager à poursuivre la lutte.

En 1968, le Campesino participe au festival organisé à New York par le Radical Theatre Repertory et rassemblant toutes les troupes expérimentales et politiques. En 1969, il est invité au festival de Nancy. Il vient pour la première fois en Europe et y retourne régulièrement. À l'époque, on s'interroge sur le théâtre populaire. On ne veut plus amener le peuple au théâtre mais le théâtre au peuple, à l'exemple de Valdez, déclarant : « Trouvez des formes adaptées à vos problèmes. » Mais il suscite plus d'imitateurs que de disciples. D'innombrables spectacles à pancartes fleurissent, qui n'atteignent pas la qualité théâtrale et l'impact du modèle.

La grève des ouvriers agricoles prend fin. Valdez installe un « centre culturel campesino » dans un village, San Juan Bautista. Là, on vit en famille, en élevant de la volaille et du bétail et en cultivant la terre. On fait du théâtre, de la musique, de la peinture, de la video et des films. L'hiver et l'été, on travaille en atelier ; le reste du temps, on part en tournée dans la Californie, le Sud ou en Europe. La troupe ne touche toujours aucune subvention.

Valdez collabore avec les troupes de guérilla culturelle qui s'attachent à faire « revivre l'âme indienne ». En même temps, l'exploration de l'âme chicano se double, pour le Campesino, d'une interprétation critique de la société contemporaine, dans des spectacles tels que La Fin du monde (1973), Zoot Suit (1978), Je n'ai pas à vous montrer de papiers (1986).

Luis Valdez, détaché des campesinos, qui ont fait seuls une tournée en Europe, a travaillé à New York, sur Broadway. Comme metteur en scène de cinéma, il a dirigé Zoot Suit (1981) et La Bamba (1987), une biographie filmée du chanteur Richie Valens.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CAMPESINOS  » est également traité dans :

ARTS DE LA RUE

  • Écrit par 
  • Emmanuel WALLON
  •  • 6 849 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'élan des années 1960 »  : […] Durant les années 1960, la notion d'œuvre, malmenée de longue date par Marcel Duchamp, fut jetée à la rue par les provocations de Jean-Jacques Lebel, facétieux cousin des performers nord-américains et des actionnistes viennois de Fluxus, et l'art livré aux passants à travers les interventions plastiques d'Yves Klein et des « nouveaux réalistes ». Jean Dubuffet agença ses volumes pénétrables , Je […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les années de renaissance culturelle  »  : […] À la fin des années 1960, le movimiento chicano appelle ses diverses composantes à s’unir au sein d’un « nationalisme culturel » puisant aux sources mexicaines, et notamment précolombiennes : ce sont les années du retour imaginaire à Aztlán, terre d’origine mythologique des Aztèques. La littérature chicana se fait le véhicule de cette entreprise de ressourcement néo-indigéniste, tout en l’intégra […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le théâtre politique »  : […] Pendant toutes ces années de mutations profondes, le théâtre devient à la fois une arme et un champ de recherche. On assiste tout d'abord à la réapparition d'un théâtre politique, animé d'un esprit qui rappelle celui du théâtre fédéral pendant les « années ferventes » (1937-1939). Différents mouvements radicaux, et parmi eux les groupes ethniques, utilisent le théâtre comme moyen de propagande et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colette GODARD, « CAMPESINOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/campesinos/