JORDAN CAMILLE (1838-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Algèbre linéaire et théorie des nombres

En plus des résultats donnés ci-dessus relatifs au groupe linéaire, on doit à Jordan un exposé complet de la géométrie euclidienne réelle à n dimensions par des méthodes entièrement analytiques : notion de perpendicularité, angles, distances y sont introduits, comme de nos jours, à partir d'une forme bilinéaire. Les considérations infinitésimales de Jordan sur le groupe orthogonal sont le premier exemple d'une telle approche d'un groupe « continu » et, avec un mémoire sur les « groupes de mouvements », préfigurent les idées développées quelques années plus tard par Sophus Lie. Mentionnons enfin des travaux sur la réduction des formes bilinéaires et des formes quadratiques et sur la théorie des invariants.

Les résultats les plus importants obtenus par Jordan en théorie des nombres sont relatifs aux formes à coefficients entiers (ou à coefficients entiers de Gauss). Par des majorations généralisant celles d'Hermite, il montre que, si une telle forme F est de degré > 2 et de discriminant non nul, le sous-groupe de GL(nC) laissant F invariante est fini. Pour m = 2, il montre qu'il n'existe qu'un nombre fini de classes d'équivalence de formes quadratiques de discriminant donné (deux formes étant équivalentes si on passe de l'une à l'autre par une substitution modulaire à coefficients entiers).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  JORDAN CAMILLE (1838-1921)  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « Groupes et géométrie »  : […] C'est à Jordan que remonte la première étude de groupes contenant une infinité d'éléments, notion qui allait prendre une importance considérable durant la deuxième moitié du xix e  siècle. En liaison avec le renouveau des études géométriques et les préoccupations axiomatiques de cette époque, la notion de groupe de transformation va prendre un essor considérable avec l'étude systématique des invar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algebre/#i_25022

GROUPES (mathématiques) - Groupes finis

  • Écrit par 
  • Everett DADE
  •  • 5 062 mots

Née de l'étude des groupes de permutations des racines d'équations, la théorie des groupes finis s'est développée indépendamment depuis le Traité des substitutions et des équations algébriques (1870) de Camille Jordan. Après les travaux importants de Burnside, de Frobenius et de leurs élèves vers le commencement du xx e  siècle, cette théorie connut une période de développement lent, faute de méth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupes-mathematiques-groupes-finis/#i_25022

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « JORDAN CAMILLE - (1838-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-jordan/