CAMBRIDGE, chapelle de King's College

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chapelle de King's College, Cambridge, vue extérieure

Chapelle de King's College, Cambridge, vue extérieure
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Chapelle de King's College, Cambridge, vue intérieure

Chapelle de King's College, Cambridge, vue intérieure
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie


La première pierre de la chapelle du collège royal, dédiée à Notre-Dame et à saint Nicolas, fut posée à Cambridge le 25 juillet 1446 par le roi Henri VI. Par suite de difficultés financières, les travaux progressèrent lentement : en 1509, le gros œuvre était achevé et la voûte, pur chef-d'œuvre du style perpendiculaire, fut construite entre 1512 et 1515. Les travaux de vitrerie, entreprise considérable puisqu'il s'agissait de vitrer vingt-cinq fenêtres à cinq lancettes et deux autres à neuf lancettes, commencèrent en 1515 et furent achevés en 1547 à l'exception de la fenêtre occidentale, vitrée en 1879 seulement. Le programme iconographique, défini dans le contrat du 30 novembre 1515, met en parallèle l'Ancien et le Nouveau Testament, suivant une formule courante à cette époque. En dehors de trois baies illustrant les Actes des Apôtres, de la fenêtre orientale consacrée à la Passion et d'une autre fenêtre retraçant la vie de la Vierge, chaque vitrail contient donc deux épisodes de l'Ancien Testament et deux épisodes du Nouveau Testament. Ces scènes, vivement colorées, d'un caractère monumental, réunissent de nombreux personnages fort animés, portant des vêtements très ornés, qui se détachent sur d'immenses arrière-plans de paysages ou d'architectures. Le vocabulaire de la Renaissance, qui s'y développe, révèle une influence assez forte de l'art continental, en particulier de la peinture flamande. Or, parmi les sept peintres verriers, dont les archives ont transmis les noms, quatre sont Flamands ou Hollandais ; de plus, on attribue environ huit scènes à Dirck Vellert, célèbre pour ses dessins et ses gravures, mais aussi connu comme peintre verrier (H. Wayment, The Windows of King's College Chapel, Cambridge, Londres, 1972). La vitrerie de King's College est l'illustration la plus célèbre des échanges artistiques qui se développèrent entre l'Angleterre et la Flandre au début de la Renaissance.

Chapelle de King's College, Cambridge, vue extérieure

Chapelle de King's College, Cambridge, vue extérieure

photographie

King's College, Cambridge (Grande-Bretagne), vue extérieure de la chapelle, XVe siècle. 

Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

Afficher

Chapelle de King's College, Cambridge, vue intérieure

Chapelle de King's College, Cambridge, vue intérieure

photographie

King's College, Cambridge (Grande-Bretagne), vue intérieure de la chapelle, XVe siècle. 

Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

Afficher

—  Françoise PERROT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMBRIDGE, chapelle de King's College  » est également traité dans :

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Le vitrail religieux a très vite été adapté à la nouvelle esthétique italianisante ; en Italie même, des peintres tels que Domenico Ghirlandaio et Pérugin ont fait des cartons de vitraux vers 1500 ; mais le grand maître du vitrail italien au xvi e  siècle a été un Français, Guillaume de Marcillat, auteur des vitraux de la cathédrale d'Arezzo. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_46908

Pour citer l’article

Françoise PERROT, « CAMBRIDGE, chapelle de King's College », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cambridge-chapelle-de-king-s-college/