CAJAL SANTIAGO RAMON Y (1852-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologiste espagnol, né en 1852 à Petilla (Aragon), mort en 1934 à Madrid, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1906 pour ses travaux sur l'organisation du système nerveux. Il partage ce prix avec l'Italien Camillo Golgi.

Diplômé de médecine puis professeur auxiliaire d'anatomie à l'université de Saragosse (1873-1875), Cajal est promu successivement professeur en titre à Valence (1883), professeur d'histologie normale et pathologique à Barcelone (1887) puis à Madrid (1892-1934).

Se destinant d'abord à une carrière artistique, Cajal en a conservé un goût prononcé pour le dessin, le détail et l'harmonie esthétique qui seront les trames de son activité scientifique. Son approche combine les techniques modernes d'observation, en l'occurrence le microscope, et des techniques de coloration des tissus. Dès 1877, équipé d'un vieux microscope acheté avec ses économies, il étudie la structure des fibres musculaires. En 1887, événement majeur qui va propulser sa carrière de chercheur, un collègue lui fait découvrir une coloration spécifique à base de sels d'argent mise au point par l'histologiste Golgi, mais encore très peu utilisée. Le système nerveux, le cervelet, la rétine se révèlent alors à Cajal : cellules brunes sur fond jaune. Il explore la structure des tissus nerveux et conclut à une « organisation discontinue de la matière nerveuse » (1889) en opposition à la « structure en réseau diffus continu » proposée par d'autres confrères dont Golgi lui-même. Cajal soutient que le système nerveux est constitué de milliards de cellules indépendantes mais interconnectées : c'est la « théorie du neurone », énoncée officiellement par Whilhem Waldeyer en 1891, et qui sera le fondement de toute la neurophysiologie moderne.

Cajal a également étudié l'organisation de la cellule nerveuse (en corps cellulaire prolongé d'un long filament ou axone) et émis l'idée de la polarité dynamique des neurones. Son ouvrage Histologie du système nerveux de l'homme et des vertébrés (1894-1904), fondateur de la neuro-anatomie moderne, est encore édité aujourd'hui. Il s'était attaqué en outre au difficile problème, en cours d'élucidation aujourd'hui, de la neurodégénérescence et de la régénération nerveuse, dans son dernier ouvrage Estudios sobre la degeneración y regeneración del systema nervioso paru en 1913-1914.

—  Samya OTHMAN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAJAL SANTIAGO RAMON Y (1852-1934)  » est également traité dans :

NERVEUX (SYSTÈME) - Le tissu nerveux

  • Écrit par 
  • Jacques TAXI
  •  • 3 859 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Les étapes de la neurohistologie »  : […] La notion de neurone – ou cellule nerveuse – comme élément constitutif fondamental du système nerveux n'a été définitivement acceptée par l'ensemble des neurocytologistes qu'aux environs de 1955, lorsque la microscopie électronique a pu apporter la démonstration irréfutable de la discontinuité des neurones entre eux. C'était là l'aboutissement d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-le-tissu-nerveux/#i_23928

ORGANISATION DISCONTINUE DU TISSU NERVEUX

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 249 mots

Les éléments qui composent le tissu nerveux sont-ils en continuité ou seulement en contiguïté ? La question oppose, à la fin du xix e  siècle, les « réticulistes », partisans d'un tissu nerveux constitué de cellules anastomosées par leurs dendrites et leurs axones en de véritables réseaux continus, et les « neuronistes », pour qui chaque cellule ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-discontinue-du-tissu-nerveux/#i_23928

RÉFLEXES

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 3 419 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bases anatomiques »  : […] Un réflexe se produit seulement dans la mesure où il existe des circuits neuroniques qui le sous-tendent. En principe, ceux-ci comportent au minimum un neurone sensitif (ou afférent) qui transporte aux centres l'information provenant de la périphérie et un neurone moteur (ou effecteur) qui, stimulé par l'arrivée du message afférent, engendrera le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexes/#i_23928

RÉSEAUX DE NEURONES (biologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 2 493 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les réseaux de neurones, une construction historique »  : […] Le concept de réseau de neurones ne peut se définir aussi explicitement que ceux de fibre nerveuse ou de neurone. Longtemps, la fibre nerveuse constitua le concept clé de toutes les recherches sur le système nerveux se fondant sur l’étude des nerfs et de leurs composantes unitaires, les fibres, dont on découvre à la fin du xix e  siècle qu’elles so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-de-neurones-biologie/#i_23928

Pour citer l’article

Samya OTHMAN, « CAJAL SANTIAGO RAMON Y (1852-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cajal-ramon-y/