Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COUP DE SOLEIL

Un coup de soleil est une inflammation cutanée aiguë due à une surexposition aux rayons ultraviolets (U.V.) situés dans la bande passante des U.V.B. (290-320 nanomètres ; pour mémoire, 1 nanomètre est égal à 1 ×10 —9 mètre). Le soleil et la lumière artificielle (lampe à bronzer) en sont les sources. Suivant le degré de gravité des lésions cutanées, le coup de soleil se traduit par une rougeur et une douleur modérées ou une douleur intense, un œdème (gonflement de la peau) et la formation de cloques. Au niveau systémique, dans les cas extrêmes, il est accompagné d'un état de choc, de frissons, de fièvre et de nausées. Ses manifestations cliniques surviennent entre six et douze heures après l'exposition et atteignent leur apogée vingt-quatre à quarante-huit heures après celle-ci. Les symptômes diminuent ensuite et, en fonction du degré de gravité, la peau pèle ou un léger bronzage apparaît.

La mélanine (pigment de la peau produit par les mélanocytes) subit une oxydation qui la rend plus sombre (aspect tanné de la peau). Ce processus limite ainsi l'étendue des lésions. Les mélanocytes augmentent en taille et en nombre dans les deux à trois jours suivants. La production de mélanine est donc accrue et en l'espace de quelques jours, dans le cas d'un léger coup de soleil, un bronzage protecteur se forme.

Des compresses froides appliquées sur la peau et des antalgiques soulagent la douleur ressentie. On peut éviter les coups de soleil graves en limitant le temps d'exposition aux ultraviolets jusqu'à l'obtention d'un bronzage suffisamment protecteur ou en appliquant un écran solaire contenant soit de l'acide para-amino-benzoïque, soit des benzophénones. À long terme, l'exposition répétée et prolongée au soleil peut provoquer des troubles cutanés, y compris le développement d'un cancer : le carcinome basocellulaire (constitué de petits nodules lisses) survenant habituellement au niveau du visage.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BRÛLURES

    • Écrit par Henri LABORIT, Bernard WEBER
    • 2 484 mots
    ...et des os, ne modifient pas la gravité générale de la brûlure. On a donc tendance aujourd'hui à retenir trois degrés. Au premier degré l' érythème ( coup de soleil banal sans « cloques » par exemple) se caractérise par la rougeur de la peau. La brûlure est limitée à l'épiderme, son étendue peut...
  • INSOLATION

    • Écrit par François BOURNÉRIAS
    • 104 mots

    État pathologique provoqué par l'exposition prolongée au soleil. Dans l'insolation, il faut distinguer la forme bénigne de la forme grave. La première est un banal « coup de soleil » où, outre les signes cutanés, peuvent s'observer des céphalées et une fatigue intense. La forme grave, ou « coup de...

  • SOLEIL ET SANTÉ

    • Écrit par Florence COURTEAUX
    • 2 747 mots
    ...longtemps que les U.V.B. – dont la concentration est particulièrement élevée en milieu de journée, en été et dans les régions équatoriales – provoquent des coups de soleil. Les U.V.A., dont la nocivité a longtemps été considérée comme modeste, n'induisant de rougeur cutanée qu'à une dose mille fois supérieure...
  • ULTRAVIOLET

    • Écrit par Jacques ROMAND, Boris VODAR
    • 4 449 mots
    • 2 médias
    Les effets du rayonnement ultraviolet sur les organismes vivants sont dus à son action photochimique. Les plus connus sont l' érythème ou «  coup de soleil », pour lequel le domaine d'activité se situe entre 320 et 280 nm (avec un maximum à 297 nm), et le « bronzage », dans lequel interviennent...

Voir aussi