Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRONCHIOLITE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Signaux d’alarme

Il n’y a pas d’inquiétude à avoir tant que l’enfant conserve son comportement habituel, dort et mange normalement. En revanche, il faut faire appel au médecin si, après lavages du nez, l’enfant semble fatigué, « mou » ou, au contraire, est trop réactif et pleure beaucoup. De même, s’il mange moins de 50 % de ses portions habituelles, a du mal à respirer, avec un thorax creux, ou présente une respiration très rapide. On consultera aussi le médecin devant une fièvre élevée ou mal tolérée.

Un malaise, des pauses respiratoires, une somnolence, des signes de cyanose (lèvres bleues), un refus de toute alimentation ou encore des vomissements engagent à se déplacer aux urgences. C’est aussi le cas si l’enfant atteint de bronchiolite a moins de six semaines, est un ancien prématuré âgé de moins de trois mois ou présente une pathologie cardiaque, respiratoire, ou encore un déficit immunitaire. En pratique, le praticien évalue si la forme clinique de bronchiolite est légère, modérée ou grave en fonction de l’état général de l’enfant, de sa capacité à s’alimenter, de son état respiratoire, de sa fréquence cardiaque et de son indice de saturation en oxygène. En France, les critères d’évaluation ont été définis par la Haute Autorité de santé et le Conseil national professionnel de pédiatrie dans leurs recommandations de novembre 2019 pour la prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de douze mois. La décision éventuelle d’hospitalisation et le choix du lieu de celle-ci (service de pédiatrie, unité de soins intensifs ou de réanimation) prennent également en compte d’autres critères comme l’âge (moins de six semaines ou non), la présence de comorbidités et le contexte social. La Haute Autorité de santé conseille enfin de reprendre contact avec le médecin si la toux persiste après quatre semaines d’évolution.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Corinne TUTIN. BRONCHIOLITE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/01/2023

Média

Nourrisson atteint de bronchiolite sous assistance respiratoire - crédits : Edwige/ BSIP

Nourrisson atteint de bronchiolite sous assistance respiratoire

Autres références

  • ASTHME

    • Écrit par et
    • 5 857 mots
    • 2 médias
    ...authentique et durable. Les virus responsables d’exacerbation sont les rhinovirus (dans 48 p. 100 des cas), le virus respiratoire syncitial (18 p. 100, d'où le lien souvent évoqué entre bronchiolite et asthme) puis le Mycoplasma pneumoniae (14 p. 100) et corona virus (12 p. 100). Chlamydia, ...