BRIGITTE sainte, BIRGITTA PERSSON (1303 env.-1373)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Birgitta Persson est née en Suède, près de Norrtälje, dans une illustre famille. Son père, Birger Persson, était gouverneur de la province d'Uppland ; sa mère appartenait à la famille régnante des Folkung. Dès son enfance, Birgitta fut habitée de songes mystiques. Lui apparut, en particulier, le Christ en croix, vision qui devait orienter sa vie. Mariée à quatorze ans, pour des raisons politiques, à Ulf Gudmarsson qui devint gouverneur de la province de Närike en 1330, elle habita à Ulvåsa en Östergotland. Elle eut d'Ulf huit enfants, dont Catherine, qui jouit depuis 1842 d'un culte autorisé par le pape Sixte IV, bien qu'elle n'ait pas été canonisée. Femme d'une grande piété, mère chrétienne modèle, Birgitta se lia avec ceux qui devaient devenir ses guides spirituels, ses conseillers et ses biographes : son confesseur, maître Mathias, chanoine de Linköping dont on connaît un commentaire de l'Apocalypse ; Nicolaüs Hermansson, évêque de Linköping ; le prieur Pierre d'Alvastra et Pierre de Skenninge, prieur du couvent de l'Esprit-Saint. Elle se rendit bientôt à la cour du roi Magnus Eriksson qui avait épousé Blanche de Namur en 1335, vraisemblablement pour y être grande maîtresse de la cour. De 1341 à 1343, elle mit à exécution son rêve le plus cher et entreprit avec son mari un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, en passant par l'Allemagne et la France. Cela lui permit de prendre connaissance des très graves problèmes politiques de l'heure : guerre de Cent Ans, luttes entre la papauté et l'empereur, exil des papes à Avignon. Sur le chemin du retour, Ulf tomba gravement malade. Les époux y virent un avertissement divin ; dès son arrivée en Suède, Ulf se retira au couvent d'Alvastra, où il mourut en 1344, sans avoir eu le temps de prononcer ses vœux.

C'est peu de temps après ce décès que Brigitte a sa première révélation. Le Christ lui apparaît et lui dit : « Tu es mon épouse et ma médiatrice auprès des hommes. Tu vas entendre et voir les vérités spirituelles et mon esprit sera avec toi jusqu'à ton dernier jour. » Dès lors, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BRIGITTE sainte, BIRGITTA PERSSON (1303 env.-1373)  » est également traité dans :

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Sous le signe de la religion et de l'étranger »  : […] Les origines de la littérature suédoise sont obscures et modestes. Avant le xii e  siècle, la Suède ne livre guère que des inscriptions runiques réparties sur tout le territoire et dont les plus anciennes pourraient remonter au iv e  siècle de notre ère. Le plus souvent commémoratives (d'un mort illustre ou de quelque bienfait) et brèves, elles seraient d'une navrante monotonie – n'étaient le sens […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « BRIGITTE sainte, BIRGITTA PERSSON (1303 env.-1373) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/brigitte-sainte-birgitta-persson/