BRIDGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Probablement apparu dans les milieux diplomatiques en poste à Istanbul autour de 1870, le bridge est le fruit d'une lente évolution qui plonge ses racines loin dans le temps. On peut considérer que le tarot, porteur de la notion d'atout, en est l'ancêtre le plus historique. Mais le tarot, inventé au début du xve siècle dans les cours princières d'Italie du Nord, nécessitait l'ajout d'une série spéciale – les « triomphes » – au jeu ordinaire arrivé quelque cinquante ans auparavant. Très vite, le principe de l'atout fut transposé aux autres jeux : il suffisait d'affecter à ce rôle une des quatre couleurs. Cette sélection était laissée au hasard. Ainsi naquit autour de 1500 une famille de jeux assez simples, pareillement nommés « triomphes », que les usages locaux diversifièrent. On distingue une triomphe française (au féminin), ancêtre de l'écarté, une triomphe espagnole, qui donnera naissance au siècle suivant à l'hombre, une triomphe allemande et une triomphe anglaise (English trump), aussi appelée ruff and honours. Cette dernière, fort appréciée au xvie siècle dans les îles Britanniques, devait à son tour engendrer le whist qui, sous la graphie whisk, fait ses premiers pas au début du xviie siècle.

Il fallut près de cent ans pour que le jeu s'impose. Le whist, en effet, a longtemps gardé une image peu prestigieuse. Vers 1720, les règles changent un peu : désormais, toutes les cartes sont distribuées et la marque est aménagée ; certaines options sont abandonnées. La simplicité des règles du whist, qui sont à peu près les mêmes que celles du jeu de la carte au bridge, ouvrait des perspectives de stratégie d'autant plus intéressantes que le calcul des probabilités était devenu possible. Edmond Hoyle (1679-1769) fut l'homme qui propulsa le whist au rang de grand jeu. Un manuel, publié en 1742, devint un foudroyant succès d'édition et permit au whist de franchir la Manche. À partir du milieu du xviiie siècle, l'Europe adopte le jeu, lui assurant ainsi une carrière internationale qui perdurera jusqu'à la fin du xixe siècle.

Mais, en gagnant de nouveaux territoires, le whist donna prise aux hybridations. C'est ainsi que l'idée de confier le choix de l'atout à un tour de parole plutôt qu'au hasard de la retourne de la dernière carte – idée venue d'Espagne avec l'hombre et ses dérivés (quadrille, médiateur) – fut l'occasion, vers 1780, de créer un nouveau jeu, le boston. Celui-ci, évoluant rapidement, en vint à se doter vers 1810 de véritables enchères en forme... de contrats (jouer seul contre trois ou avec un partenaire, en proposant un certain nombre de levées ou, au contraire, en promettant d'en faire le moins possible) et même d'une hiérarchie des couleurs allant jusqu'au sans-atout, alors nommé « quatre-couleurs ».

Pendant ce temps, l'habitude de jouer au whist avec un mort trouvait en France un terrain d'élection. Mais c'est sans doute en Russie que les essais de jeux combinant diverses innovations venues d'un peu partout – les enchères, la hiérarchie des couleurs, le sans-atout, le mort, etc. – furent les plus nombreux. Parmi eux, on relèvera le yeralash (littéralement « pêle-mêle ») dont une variante encore inaboutie paraît avoir été introduite à Constantinople vers 1870 par les Russes. Rebaptisé britch, un terme peut-être emprunté au serbo-croate, le jeu fut adopté immédiatement par la colonie des diplomates et financiers occidentaux. Le britch gagna l'Occident peu après. Paris et Londres le reçurent dès les années 1880. En 1886 paraît à Londres la plus ancienne règle imprimée du jeu, intitulée Biritch or Russian whist. Un peu plus tard, le terme subit une réfection anglicisante qui le changea en bridge, nom qui lui est resté. En France, Le Figaro publie une description du jeu dès 1893.

Déjà, le bridge commence à chasser le whist dans les clubs huppés où il était joué. Pourtant, le nouveau jeu n'est pas encore au point. C'est le donneur en effet qui décide seul de l'atout. Les enchères n'apparaîtront qu'en 1905. Du coup, la marque du jeu se modifie sous l'impulsion des Américains, qui n'ont pas été les derniers à adopter le bridge. La hiérarchie des couleurs, pique, trèfle, carreau, cœur, sans-atout, héritée du boston, s'en trouve bousculée : les piques, devenus « royaux », passent en tête. De retouche en retouche et au milieu d'un foisonnement de variantes, le bridge aux enchères (auction bridge) se stabilisa quelque peu pendant la Première Guerre mondiale avec l'introduct [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : licencié ès lettres, ingénieur du Conservatoire national des arts et métiers, historien du jeu

Classification

Autres références

«  BRIDGE  » est également traité dans :

CULBERTSON ELY (1891-1955)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 784 mots

La carrière d'Ely Culbertson est indissociable du bridge contrat qu'il a puissamment contribué à développer. Culbertson a su au mieux utiliser les moyens modernes de communication – presse, radio, publicité et événements. Le style flamboyant du personnage, capable de largesses comme de mesquineries, son indiscutable charisme, son union avec la meilleure joueuse du moment ont fait de lui un personn […] Lire la suite

JEUX DE CARTES

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les jeux de levées »  : […] Les jeux de levées reposent sur le principe de la « levée » ou « pli », où chacun met une carte à tour de rôle, qui doit être de la même couleur que la première carte jouée. La plus forte carte de la couleur demandée gagne. La levée, ou pli – les mots sont synonymes –, repose à la fois sur les paramètres couleur et valeur déjà évoqués. Elle est peut-être la meilleure exploitation de ce système à d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 novembre 2019 Royaume-Uni. Attaque terroriste à Londres.

Un homme tue deux passants à l’arme blanche sur London Bridge, à Londres, avant d’être abattu par la police. L’auteur de cette attaque, Usman Khan, était porteur d’une ceinture d’explosifs factice. Condamné en janvier 2012 à seize ans de prison pour avoir planifié un attentat dans la capitale britannique et participé au projet d’installation d’un camp d’entraînement dans le Cachemire pakistanais, il avait bénéficié d’une libération anticipée en décembre 2018. […] Lire la suite

15 avril 2019 Royaume-Uni. Inauguration d'une « semaine internationale de rébellion » par le mouvement Extinction Rebellion.

Les militants du mouvement de désobéissance civile non violente Extinction Rebellion (XR), fondé en octobre 2018, inaugurent une « semaine internationale de rébellion » organisée dans quatre-vingts villes de trente-trois pays, en occupant cinq lieux majeurs de Londres : Marble Arch, Oxford Circus, Waterloo Bridge, Parliament Square et Piccadilly Circus. […] Lire la suite

3-23 juin 2017 Royaume-Uni. Nouveaux attentats à Londres.

Le 3, trois hommes à bord d’une camionnette fauchent des passants sur le London Bridge, à Londres, avant d’en attaquer d’autres à l’arme blanche, tuant au total huit personnes. Ils sont abattus par la police. L’un d’eux, Khuram Shazad Butt, Britannique né au Pakistan, était connu de la police comme un agitateur islamiste. Un deuxième, Youssef Zaghba, un Italien d’origine marocaine, avait été signalé au Royaume-Uni par les autorités italiennes, selon Rome. […] Lire la suite

11 février - 1er mars 1992 Royaume-Uni. Entretiens anglo-irlandais et poursuite des attentats à Londres

Le 28, à Londres, l'explosion d'une bombe dans la gare de London Bridge blesse vingt-neuf personnes. L'I.R.A. avait alerté la police quelques minutes avant l'attentat, ne lui laissant pas le temps de faire évacuer les lieux. Le lendemain, une nouvelle explosion dans le centre de Londres fait un blessé. Le 30, une bombe est désarmorcée dans une gare desservant le stade de Tottenham, quelques heures avant un match. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thierry DEPAULIS, « BRIDGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bridge/