BRIDGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le bridge, ou plus exactement bridge contrat, peut être considéré comme le roi des jeux de cartes. Non parce qu'il serait réservé à une élite sociale ou parce qu'il serait le meilleur des jeux de cartes, mais parce qu'il est assurément le seul qui bénéficie d'une règle parfaitement codifiée et acceptée dans le monde entier. Ce statut lui vaut de rivaliser avec les échecs dans le domaine des sports cérébraux. Le bridge est pratiqué aujourd'hui par des millions de joueurs, principalement en Amérique et en Europe (plus de cent pays). Pourtant, l'aspect studieux des tournois, fussent-ils du plus haut niveau, attire peu l'attention des médias sur ce jeu puissant et subtil. Le grand public ignore le plus souvent que la France se classe parmi les meilleures équipes.

Héritier du whist, qui l'avait précédé dès le xviiie siècle dans la voie des jeux de grand rayonnement, le bridge en a gardé un jeu de la carte aux règles très simples. Toutefois, l'atout n'y est pas déterminé par la retourne de la dernière carte mais au prix d'une séquence initiale d'enchères. Au terme de celle-ci, le joueur qui a nommé en premier la couleur du contrat final – ou déclarant – va conduire le jeu, dans la formule qu'il a choisie. Son adversaire de gauche a le privilège de l'entame et, celle-ci faite, le partenaire du déclarant, qui est en face de lui, étale son jeu au vu de tous et « fait le mort ». C'est le langage très particulier et codifié des enchères qui fait la difficulté du jeu, car les contrats les plus précis sont les mieux rétribués.

Règles

Le bridge nécessite un jeu de 52 cartes et quatre joueurs, qui jouent en deux camps opposés, les partenaires se faisant face. Dans chaque couleur, l'ordre des cartes va en décroissant de l'as au deux, c'est-à-dire que l'as est plus fort que le roi, lui-même plus fort que la dame, etc. Le bridge est un jeu de levées pour les levées avec atout : à chaque coup, les joueurs sont invités à mettre une carte sur la table qui corresponde à la couleur demandée ; en cas de manque, un joueur peut couper, c'est-à-di [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : licencié ès lettres, ingénieur du Conservatoire national des arts et métiers, historien du jeu

Classification


Autres références

«  BRIDGE  » est également traité dans :

CULBERTSON ELY (1891-1955)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 784 mots

La carrière d'Ely Culbertson est indissociable du bridge contrat qu'il a puissamment contribué à développer. Culbertson a su au mieux utiliser les moyens modernes de communication – presse, radio, publicité et événements. Le style flamboyant du personnage, capable de largesses comme de mesquineries, son indiscutable charisme, son union avec la meilleure joueuse du moment ont fait de lui un personn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ely-culbertson/#i_85715

JEUX DE CARTES

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 125 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les jeux de levées »  : […] Les jeux de levées reposent sur le principe de la « levée » ou « pli », où chacun met une carte à tour de rôle, qui doit être de la même couleur que la première carte jouée. La plus forte carte de la couleur demandée gagne. La levée, ou pli – les mots sont synonymes –, repose à la fois sur les paramètres couleur et valeur déjà évoqués. Elle est peut-être la meilleure exploitation de ce système à d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-de-cartes/#i_85715

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry DEPAULIS, « BRIDGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bridge/