BRĀHMAṆA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Veda contient essentiellement trois types de textes : des poèmes et des strophes isolées, qui ensemble constituent ce que l'on nomme chandas (poésie) ; des formules rituelles (yajus) ; enfin, de longs développements en prose, de caractère spéculatif. C'est à ces derniers qu'est réservé le nom de brāhmana (textes concernant le brahman). Il s'agit de volumineux traités (la traduction du plus célèbre de ceux-ci occupe cinq gros volumes), où la liturgie est interprétée dans ses détails les plus menus par référence à la mythologie et à une théologie extrêmement ambitieuse, qui prétend expliquer le monde dans sa totalité. Théoriquement, chaque école védique devrait posséder son brāhmana ; cependant, quelques-unes en manquent, et nombreux sont les passages communs à divers textes. Les brāhmana les plus connus sont le Shātapatha-Brāhmana (qui appartient au Yajur-Veda blanc), le Jaiminīya-Brāhmana (du Sāma-Veda), le Taittirīya-Brāhmana (du Yajur-Veda noir), l'Aitareya-Brāhmana (du Rig-Veda).

La démarche des auteurs (non identifiables) des brāhmana est toujours la même : commentant un rituel supposé connu, ils le justifient pas à pas en tâchant de montrer que rien n'y est arbitraire ; chaque geste, chaque parole, chaque offrande a sa raison d'être et sa nécessité ; non pas tellement parce que les dieux le veulent ainsi, mais parce que la liturgie est une manifestation du dharma (ou ṛta), la norme universelle, l'ordre des choses. Ainsi, la mise en œuvre de la liturgie terrestre, humaine, qui est analogue à celle que célèbrent les dieux dans l'autre monde contribue-t-elle à renforcer ce même ordre cosmique : on va jusqu'à dire que, si le sacrifice du matin n'était pas célébré, le soleil ne se lèverait pas. À l'énergie mystérieuse produite par l'acte rituel les théologiens des brāhmana donnent le nom de brahman (l'Absolu, le Principe de toute manifestation phénoménale, l'Essence). On comprend, par conséquent, comment ces textes peuvent se prolonger par des chapitres purement spéculatifs qui constituent les plus anciennes upanishads (ainsi la plus célèbre d'entre elles, la Brihad-Aranyaka-Upanishad, est-elle le quatorzième et dernier livre du Shātapatha-Brāhmana).

Pour l'historien des religions, les brāhmana sont une mine inépuisable de renseignements non seulement sur l'idéologie védique, mais encore sur le mode de raisonnement des théologiens archaïques (~ IIe et ~ Ier millénaires). À les lire, on saisit sur le vif le passage de la pensée mythique à la philosophie au sens propre du mot.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  BRAHMANA  » est également traité dans :

ĀTMAN

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 886 mots

La notion d' ātman est une des notions clés de la pensée indienne, une des plus anciennement attestées aussi. Sa signification première a sans doute été celle de «  souffle vital » (en allemand : Atem ). Eu égard à son usage comme pronom réfléchi, à l'accusatif, en sanskrit, l'habitude s'est prise de la rendre par «  Soi » (en anglais : Self  ; en allemand : Selbst ). Sa grande originalité, par r […] Lire la suite

BRAHMAN & BRĀHMANE

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 990 mots

En sanskrit védique, le terme bráhman , neutre et accentué sur la première syllabe, désigne une puissance d' essence verbale. Masculin et accentué sur la deuxième syllabe, il désigne celui qui la possède, ou est lié à elle. Dans cette dernière acception, brahmán est rapproché du latin flamen . Dans la première, il correspond à l'essence de la fonction d'activité par la connaissance et le verbe, q […] Lire la suite

DÉLUGE MYTHES DU

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 2 089 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des mythes presque universellement répandus »  : […] L'histoire biblique du Déluge (Genèse, vi , 5 ; viii , 22) représente la fusion de deux versions indépendantes. Les Hébreux ont, très probablement, emprunté le mythe aux Babyloniens. Mais le thème du Déluge est encore plus ancien puisqu'il est déjà attesté chez les Sumériens, comme le prouvent les textes traduits par S.N. Kramer, From the Tablets of Sumer (1956). Le nom du Noé sumérien est Zius […] Lire la suite

MANTRA

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le védisme »  : […] Dans les Veda , les mantras sont les portions versifiées – strophes ( ṛc ), formules sacrificielles ( yajus ) ou mélodies ( sāman ) – accompagnant les rites. Prières, invocations, énoncés rituels, les mantras védiques ont la forme de poèmes, de louanges, d'injonctions ou de descriptions des effets à obtenir par le rite qu'ils accompagnent. Ils sont de longueur très variable. S'y ajoutent les prièr […] Lire la suite

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les textes rituels »  : […] Brāhmana et Kalpasūtra sont, on l'a vu, étroitement solidaires, les seconds décrivant avec minutie un cérémonial que les premiers commentent. Considérablement nombreux, ces ouvrages sont énormes ; ainsi, la traduction française (par Caland et Henry) du rituel d'un seul type de sacrifice, l' Agniṣṭoma (« Cantate du feu »), occupe cinq cents pages ; la traduction anglaise du seul Śatapatha Brāhmaṇ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « BRĀHMAṆA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmana/