BOLLYWOOD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du mélodrame à la quête d’identité

Les récits de Bollywood sont des mélodrames aux multiples rebondissements et aux innombrables péripéties. Le monde des sentiments, balloté au gré du destin et de la fatalité, se heurte au monde des valeurs, de nature morale, qui dicte sa loi aux personnages. Dans Dilwale..., la jeune fille indienne élevée à Londres se voit tenue par son père de se marier à un garçon issu de leur village natal en Inde. Amoureuse d’un Indien de Londres, elle accepte la décision paternelle, contrariée mais néanmoins soumise à l’autorité paternelle. Quand le père apprend que sa fille aime un autre homme, sa colère étant apaisée, il l’accepte pour gendre. La Famille indienne de Karan Johar (2001) est l’un des plus gros succès de ces dernières années et met aussi en scène l’héritier d’une riche famille qui fait le choix d’épouser une femme d’un rang social inférieur. Le père refusant de bénir cette union, le couple s’exile à Londres. Le film explore les sentiments de chacun et interroge la place de chaque membre de cette famille dévastée, avant la grande réunion finale en Inde.

L’ordre parental, généreux et compréhensible, est la métaphore d’une nation tolérante qui sait évoluer et se mettre à l’écoute des jeunes générations. Ainsi, les productions de Bollywood ne se limitent pas à donner à lire le cahier des charges de ce qui est permis ou interdit. Elles constituent plutôt le théâtre de ses avancées sur le plan des mœurs. Dans un cinéma où l’adultère reste tabou, Paheli raconte la vie de Lahchi, une jeune mariée dont l’époux est parti au loin pour son travail. Mais un fantôme revêt son apparence et pallie son absence, en permettant à Lahchi d’avoir une vie amoureuse. Le triangle traditionnel (mari, femme, amant) permet de suggérer l’interdit, tout en restant dans le cadre du licite : en effet, c’est avec un fantôme que l’épouse délaissée a une « liaison ». Il est symptomatique que l’un des rares films essayant de mettre en scène un adultère « réel » (Kabhi Alvida Naa Kehna de Karan Johar, 2006) ne convainque pas le box-office. Mais un film comme Dostan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : docteure en études cinématographiques et audiovisuelles
  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  BOLLYWOOD  » est également traité dans :

COMÉDIES MUSICALES. LA JOIE DE VIVRE AU CINÉMA (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 022 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De Broadway à Bollywood »  : […] Acceptons l’expression populaire de « comédie musicale » tout en sachant qu’elle désigne ici des films qui ne sont pas toujours, loin de là, des comédies. Le commissaire de l’exposition, N. T. Binh, prend soin de le préciser lui-même dans l’introduction du catalogue (éditions de la Martinière, 2018). Il est l’un des grands connaisseurs français du genre, tant au théâtre qu’au cinéma. C’est donc to […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Dans le chapitre « Le retour en force de Bollywood »  : […] La lente érosion d’un cinéma indépendant régional, toujours enfermé dans les mêmes sujets (système des castes, condition de la femme) et coulé dans un moule esthétique quelque peu figé à destination des festivals, a provoqué indirectement le retour au premier plan du film musical commercial. Pour cela, Bollywood a dû réagir et changer de formule, afin d’endiguer le succès croissant du cinéma améri […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Inde. Démission d’un ministre accusé de harcèlement. 17 octobre 2018

des postes de responsabilité dans les médias. Le mouvement #MeToo se diffuse rapidement dans le pays depuis les accusations portées en septembre par une actrice de Bollywood, Tanushree Dutta, contre l’acteur Nana Patekar. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Amandine D'AZEVEDO, Charles TESSON, « BOLLYWOOD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bollywood/