BOISGUILBERT ou BOISGUILLEBERT PIERRE LE PESANT sieur de (1646-1714)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille d'officiers de la Chambre des comptes, Boisguillebert fut très influencé par des études faites chez les Jansénistes et en conserva une grande indépendance d'esprit. Après un passage à la faculté de droit, il devint avocat, puis magistrat ; il fut nommé vicomte de Montivilliers, c'est-à-dire prévôt, puis lieutenant général du bailliage de Rouen en 1690. Il passa son temps en luttes incessantes contre les corps constitués de la province. Ses écrits jugés subversifs le font exiler en 1707. Réintégré, il retrouvera ses charges qu'il laissera à son fils avant de mourir. En 1695-1696, il avait publié Détail de la France, commencé près de vingt ans plus tôt. 1707 est une année fertile qui vit paraître un Traité sur la nature des richesses de l'argent et des tributs, Les causes de la rareté de l'argent, Le Factum de la France et le Supplément au factum. Ces deux derniers ouvrages dirigés contre Michel Chamillart lui valurent son exil.

Précurseur de l'économie politique, il s'oppose avec la dernière énergie au mercantilisme. Pour lui, l'or et l'argent doivent être considérés comme de simples agents d'échange : « L'argent n'est rien moins que le principe, mais seulement le garant de ces échanges et de la fidèle exécution de l'intention des contractants quand elle ne se peut exécuter immédiatement. » Il distingue les richesses nécessaires (les fruits de la terre) et les autres qualifiées de superflues. Précurseur des physiocrates et notamment de Quesnay pour qui la terre est la base de l'économie, il prône la libre concurrence, déclarant que le commerce intérieur est entravé par les impôts indirects (douanes, aides) « quatre fois plus forts que les marchandises n'en peuvent porter ». La liberté d'entreprendre doit ramener la prospérité « et aussitôt, la nature agissant dans toute la liberté, toutes les denrées reprendront la vigueur que l'on a vue autrefois ». Il pense que la France s'appauvrit faute d'une population suffisamment [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOISGUILBERT ou BOISGUILLEBERT PIERRE LE PESANT sieur de (1646-1714)  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La physiocratie »  : […] Au xviii e  siècle, en France, l'agriculture est fragilisée par la politique colbertiste de bas prix des biens agricoles, l'État est incapable de prélever l'impôt et de limiter son endettement et on garde le souvenir de la banqueroute du système de Law en 1720. C'est dans ce contexte que la pensée libérale s'est forgée, au sein de l'école physiocratique menée par François Quesnay (1756-1757, arti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_1851

REVENU NATIONAL

  • Écrit par 
  • Véronique PAREL, 
  • Francisco VERGARA
  •  • 5 800 mots

Dans le chapitre « Tentatives de mesure du revenu national et choix politiques »  : […] Le revenu national n'a pas été seulement l'objet de débats théoriques entre philosophes. Ainsi, ceux qui ont cherché à le mesurer concrètement ont été, depuis toujours, guidés par des préoccupations précises dont la principale était d'éclairer les choix politiques de l'État. Les premières estimations connues du revenu national sont celles de William Petty, de Gregory King et de Charles Davenant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revenu-national/#i_1851

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « BOISGUILBERT ou BOISGUILLEBERT PIERRE LE PESANT sieur de (1646-1714) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boisguilbert-boisguillebert/