BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gloire de Bo Juyi

Les « nouveaux yuefu » de Bo Juyi ne furent appréciés, de son propre aveu, que par un petit nombre d'amis, et ne suscitèrent, chez les grands, que l'étonnement ou la colère. Cependant, le poète connut de son vivant une gloire immense. Ce sont, à vrai dire, ceux de ses poèmes qu'il estimait le moins, les pièces de circonstance des troisième et quatrième groupes, écrites à l'occasion d'une rencontre, d'une séparation, d'une excursion, qui lui valurent cette célébrité. La simplicité de leur langue, une loquacité jusqu'alors inconnue dans la poésie chinoise, soucieuse avant tout de concentration, le pas donné à la narration extensive sur l'allusion, ces qualités imprévues leur assurèrent un succès quasi universel dans toutes les classes de la société, et jusque parmi les étrangers, Coréens et Japonais, qui s'empressèrent d'en acquérir des recueils. Plusieurs anecdotes du temps attestent la vogue des poésies de Bo Juyi, notamment des ballades, comme celles des Regrets éternels et du Pipa, ou des pièces qu'il échangeait avec Yuan Zhen, auquel il fut lié d'une amitié devenue légendaire. Si, par la suite, certains lettrés ont affecté de mépriser la « vulgarité » de Bo Juyi, il a cependant mérité de briguer, derrière Li Bo et Du Fu, le troisième rang parmi les poètes des Tang.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BO JUYI [ PO KIU-YI ] (772-846)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 467 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conséquences et réactions »  : […] Tout ce qu'on peut dire en faveur de ce système (et le peuple à ce propos ne se trompait guère, qui faisait aux concours une confiance excessive peut-être, mais significative), c'est que ce mode de recrutement et de promotion évitait de confier le privilège d'administrer à la seule aristocratie héréditaire ; qu'il réalisait – malgré tout – une forme de sélection, qu'on ne peut dire « démocratique  […] Lire la suite

YUAN ZHEN [YUAN TCHEN] (779-831)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 706 mots

Yuan Zhen est souvent cité comme le grand ami de Bo Juyi, et leur amitié est l'une des plus fameuses de l'histoire chinoise, dans un pays où l'amitié a souvent tenu dans les lettres la place de l'amour chez nos poètes. Par lui-même, Yuan Zhen a cependant une personnalité qui mérite qu'on s'y arrête. Enfant très précoce, il passe les examens impériaux à quatorze ans, et à vingt-trois ans, quand il […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bo-juyi-po-kiu-yi/