BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le censeur et l'auteur satirique

Lorsque Bo eut été nommé censeur, il chercha, pour marquer sa reconnaissance, à faire le meilleur usage possible des deux cents feuilles de « papier censorial » qui lui étaient allouées chaque mois pour ses remontrances. Se réglant sur le modèle confucéen du bon conseiller – « les yeux et les oreilles » de l'empereur –, il s'appliqua à « sauver le monde », sans craindre les puissants : il combattit les ambitions des gouverneurs militaires ou des eunuques, qui mettaient la dynastie en péril, il dénonça la corruption, la dureté ou l'incurie de l'administration locale, il prit la défense de la paysannerie, proposa une réforme de la fiscalité et plaida la cause des opprimés. Sa voix fut souvent écoutée, mais il offensa de hauts dignitaires.

Non content de jouer ce rôle traditionnel, Bo lui donna un prolongement original dans son activité poétique. Il prétendit retrouver l'esprit des antiques chansons du Shi jing, dont la simplicité cachait de hautes leçons sociales ou politiques. La décadence de la poésie avait été enrayée, selon lui, par Chen Zi'ang et Du Fu, dont il salua l'inspiration généreuse. Mais il formula plus nettement qu'eux la tâche à accomplir. Dans une lettre à son ami Yuan Zhen, écrite en terre d'exil à la fin de 815, il exposa quelle avait été jusque-là sa doctrine et répartit son œuvre poétique en quatre groupes de textes (ce classement a été respecté jusqu'à nos jours). Dans le premier, celui des « poèmes didactiques » – fengyu shi – prenaient place cent soixante-dix pièces environ, les plus chères au cœur du poète réformateur. Le noyau en était constitué par cinquante « nouveaux yuefu », où revivait l'esprit satirique des chansons des Han, héritières directes du Shi jing. Ces chansons, pensait Bo, auraient dû voler de bouche en bouche, et si l'empereur, comme les anciens rois, s'était mis à l'écoute des refrains et des rumeurs, elles auraient fini par lui parler des souff [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BO JUYI [ PO KIU-YI ] (772-846)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 467 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conséquences et réactions »  : […] Tout ce qu'on peut dire en faveur de ce système (et le peuple à ce propos ne se trompait guère, qui faisait aux concours une confiance excessive peut-être, mais significative), c'est que ce mode de recrutement et de promotion évitait de confier le privilège d'administrer à la seule aristocratie héréditaire ; qu'il réalisait – malgré tout – une forme de sélection, qu'on ne peut dire « démocratique  […] Lire la suite

YUAN ZHEN [YUAN TCHEN] (779-831)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 706 mots

Yuan Zhen est souvent cité comme le grand ami de Bo Juyi, et leur amitié est l'une des plus fameuses de l'histoire chinoise, dans un pays où l'amitié a souvent tenu dans les lettres la place de l'amour chez nos poètes. Par lui-même, Yuan Zhen a cependant une personnalité qui mérite qu'on s'y arrête. Enfant très précoce, il passe les examens impériaux à quatorze ans, et à vingt-trois ans, quand il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bo-juyi-po-kiu-yi/