LÉVY BERNARD-HENRI (1948-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure controversée du paysage médiatico-intellectuel français, Bernard-Henri Lévy, né le 5 novembre 1948 à Béni-Saf en Algérie, cumule les fonctions d'essayiste, de chef de file des « nouveaux philosophes », de reporter, de publiciste, de directeur de collection et de cinéaste.

En 1968, il intègre l'École normale supérieure, où il suit les cours de Louis Althusser et de Jacques Derrida. Il devient agrégé de philosophie en 1971, mais a déjà noué des liens avec les milieux du journalisme (notamment à Combat où il publie une série d'articles consacrés au monde paysan) et de l'édition, qui correspondent plus à ses aspirations que la carrière de professeur à laquelle ses études le destinaient.

Personnage attirant et au verbe facile, il séduit des personnalités influentes qui serviront sa carrière : Françoise Giroud, Bernard Pivot, Philippe Sollers, Françoise Verny, mais aussi des industriels tels que Jean-Luc Lagardère ou des hommes politiques tels que François Mitterrand.

Son premier livre, Bangla-Desh. Nationalisme dans la révolution, publié en 1973 chez Maspéro, sans doute inspiré par André Malraux pour lequel il ne cache pas son admiration, éblouira Françoise Verny, « plus emportée, écrira-t-elle, par la fermeté de la pensée et la qualité du style que par le sujet lui-même ». Il intègre les éditions Grasset en 1973 et crée la collection Figures qui accueille les textes de jeunes philosophes. À la suite de l'échec après quinze jours de parution, du 27 janvier au 7 février 1975, du quotidien L'Imprévu (avec Michel Butel), il est à l'origine en juin 1976 du mouvement des « nouveaux philosophes » (André Glucksman, Jean-Paul Dollé, Jean-Marie Benoist) que les Nouvelles littéraires ont rassemblés dans un numéro spécial. Ce courant, qui procède d'un formidable coup de marketing, s'appuie sur le message délivré par les dissidents communistes auquel Soljénitsyne vient d'apporter L'Archipel du goulag. En 1977, le mentor de l'opération devient leur chef de file en publiant La Barbarie à visage humain. Le livre, comme le mo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LÉVY BERNARD-HENRI (1948- )  » est également traité dans :

GLUCKSMANN ANDRÉ (1937-2015)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

et de gauche, les souffrances, le mal. Aux élections européennes de 1994, il retrouve Bernard-Henri Lévy sur la liste Sarajevo en faveur de la Bosnie assiégée. En 2003, lors de la guerre d'Irak, il se prononce en faveur du renversement de Saddam Hussein. Cet enfant de Mai-68, saisi par le Goulag, suit la voix résistante de sa mère, Martha, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-glucksmann/#i_47498

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mort de l'intellectuel ? »  : […] nouveaux philosophes », d'ailleurs très largement médiatisé, ressemble à un adieu ou à un chant du cygne. Demeure seul en selle Bernard-Henri Lévy, éditeur, homme de presse et habitué du petit écran. Oubliant son goût de la mise en scène, reconnaissons-lui le courage de ses interventions sur la guerre des Balkans, le Darfour, sa défense de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_47498

Pour citer l’article

Yves KIRCHNER, « LÉVY BERNARD-HENRI (1948-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-henri-levy/