Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BEHAVIORISME

Évolution, mise en cause et affaiblissement du behaviorisme

À partir de la fin des années quarante, les diverses théories behavioristes S-R se heurtent à de croissantes difficultés internes et externes.

Les premières sont elles-mêmes de deux espèces. Tout d'abord apparaissent un certain nombre de désaccords entre des prédictions expérimentales dérivées des théories, et les résultats observés empiriquement. Contrairement à ce que l'on pourrait penser à première vue, ces désaccords ne constituent pas, en eux-mêmes, un échec dans la voie suivie ; ils correspondraient plutôt à un type de succès de la psychologie expérimentale. C'est, en effet, la première fois, dans l'histoire millénaire des idées que les hommes se forgent à propos de leur propre psychisme, qu'une conception d'ensemble est mise à mal par sa confrontation avec des faits recueillis spécialement à cette fin. Le désaccord tient ainsi à ce que les conceptions étaient assez précises pour pouvoir être infirmées, ce qui n'est pas souvent le cas pour d'autres sortes de théories. C'est pour une large part autour des notions de renforcement, de motivation et d'anticipation que se cristallisent ces difficultés. Le lieu théorique d'où elles naissent est assez facilement repérable : il se trouve dans ce qui joint S et R. En renonçant à l'introspectionnisme, le behaviorisme – et la psychologie objective en général – se prive de toute possibilité d'accès direct à la connaissance des activités internes. Peut-on pour autant nier l'existence de ces dernières ? Les exigences mêmes de la recherche expérimentale tendent progressivement à bousculer toute tentative de supprimer ce problème, ou de le contourner par la simple description des concomitances entre stimulus et réponses.

Dans le débat sur les théories de l'apprentissage, des conceptions différentes s'étaient déjà opposées sur ce point. On a évoqué plus haut l'extrémisme positiviste de Skinner. Tolman, pour sa part, avait accepté d'utiliser des « constructions conceptuelles hypothétiques » (hypothetical constructs) pour rendre compte des comportements, alors que Hull s'en tenait à des « variables intermédiaires » (intervening variables), beaucoup plus directement fixées aux variables observables. Un exemple des secondes était la variable intermédiaire « degré de faim », ou plus généralement « force du mobile » (drive), que l'on peut inférer et estimer à partir de la relation qui lie, d'une part, la durée de la privation de nourriture d'un animal, d'autre part, la vigueur d'un de ses comportements, appris au moyen d'une récompense alimentaire.

Les premiers désaccords expérimentaux avaient conduit à des remaniements théoriques locaux ; c'est ainsi qu'à la motivation par privation évoquée plus haut Hull avait adjoint une motivation différente, la « motivation incitatrice ». Un des moyens de construire celle-ci était de prendre en compte la relation qui lie la vigueur d'un comportement avec récompense à l'importance de la récompense.

Vers le début des années cinquante, ces remaniements deviennent insuffisants ; la solution cherchée aux difficultés expérimentales et théoriques donne alors naissance aux théories de la médiation. Elles consistent, pour l'essentiel, à introduire un ou plusieurs chaînons s-r, dits « médiats », entre S et R, c'est-à-dire entre le stimulus et la réponse observables ; le nouveau schéma général est ainsi du type S → r s R. Les entités intermédiaires r et s sont, conformément aux idées de Watson, considérées comme « implicites », c'est-à-dire non observables de façon directe. Toutefois, les développements expérimentaux ultérieurs devraient, en droit, conduire à les mettre en évidence. Vingt-cinq ans après, il[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Ivan Petrovitch Pavlov

Ivan Petrovitch Pavlov

Enregistrement d'un comportement de caractère émotionnel

Enregistrement d'un comportement de caractère émotionnel

Autres références

  • ANIMALITÉ

    • Écrit par Florence BURGAT
    • 7 682 mots
    • 9 médias
    La refonte complète de la notion de comportement est au fondement des perspectives très neuves que la phénoménologie ouvre. Car en effet, le comportement fut tout d'abord l'affaire du béhaviorisme. Le béhaviorisme, dont Broadus Watson est, au début du xxe siècle, le fondateur (Psychology...
  • ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par Arnaud HALLOY
    • 5 810 mots
    ...l’anthropologie cognitive. La première prend place à cheval sur les années 1950 et 1960. On assiste alors au « tournant cognitif » en psychologie avec le passage du béhaviorisme – un courant de la psychologie qui juge impossible l’accès aux états mentaux, et par conséquent leur explication scientifique, et qui prône...
  • ATTITUDE

    • Écrit par Raymond BOUDON
    • 4 175 mots
    • 2 médias

    Le mot attitude vient du latin aptitudo. Son sens primitif appartient au domaine de la plastique : « Manière de tenir le corps. [Avoir] de belles attitudes », dit Littré. Du physique le terme se transpose au moral : « L'attitude du respect » ; puis il déborde le moral pour indiquer des dispositions diverses...

  • AUTISME (PRISE EN CHARGE DE L')

    • Écrit par Marie-Ève HOFFET
    • 2 670 mots
    • 3 médias
    ...gratification » ou une « punition ». Cette méthode, qui a une certaine efficacité concernant la socialisation, ne s'occupe ni de communication ni de relation. Cette application du behaviorisme (étude du comportement de façon scientifique et expérimentale) a rapidement trouvé ses limites, car il est très difficile...
  • Afficher les 34 références

Voir aussi