Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BBC (British Broadcasting Corporation)

Les premières émissions expérimentales de la radio britannique datent de 1920, mais la création de la B.B.C. n'intervient qu'en décembre 1927. La Charte royale qui la fonde lui octroie le monopole de la radiodiffusion au Royaume-Uni. Elle fixe les objectifs de l'entreprise, la manière dont elle doit exercer ses fonctions, son organisation, son fonctionnement, mais c'est le ministère de l'Intérieur (depuis la privatisation des télécommunications) qui accorde les licences pour l'installation et l'exploitation des émetteurs. La B.B.C. est administrée par un conseil de douze gouverneurs nommés par la reine en son Conseil sur proposition du gouvernement. Ceux-ci sont choisis en concertation avec les acteurs de la vie politique, économique, sociale et culturelle, car ils sont chargés de représenter et de garantir l'intérêt public. Ils nomment le directeur général à qui incombe la gestion des stations de radio et de télévision et qui est assisté, pour la programmation, par des comités consultatifs qui donnent des avis sur les contenus des productions en fonction des attentes du public. Les personnels ne bénéficient d'aucun statut particulier. Le financement est assuré par la redevance collectée par l'administration des postes et télécommunications. La société soumet ses comptes et son rapport annuel à l'approbation du Parlement.

La B.B.C. - crédits : Felix Man/ Picture Post/ Getty Images

La B.B.C.

Dans les années 1950, le monopole de la B.B.C. commence à être contesté, et en 1954 le Television Act autorise la création d'une deuxième chaîne, privée, de télévision : la B.B.C. entre dans l'ère de la concurrence. Des sociétés régionales privées, regroupées dans le réseau I.T.V. (Independant Television), achètent à une structure indépendante, I.B.A. (Independant Broadcasting Authority), le droit d'émettre des programmes sur une région donnée et tirent leurs ressources de la publicité.

La B.B.C. jouit d'un grand prestige tant national qu'international en raison de son indépendance en matière de programmation et de traitement de l'information et de la façon dont elle a su assumer sa mission de service public, sans sacrifier ni la qualité, ni la déontologie malgré la concurrence privée. Élément de la démocratie britannique, elle est longtemps restée à l'abri de toute pression, tant du gouvernement que du Parlement. Par ailleurs, la qualité de ses productions (qu'elle exporte par l'intermédiaire d'une filiale créée en 1979) et de ses informations fait toujours d'elle une référence pour les professionnels de l'audiovisuel du monde entier.

Depuis les années 1980 et l'apparition de nouveaux supports audiovisuels (câble, vidéo domestique, satellite, etc.) le secteur de l'audiovisuel britannique fait l'objet de réflexions qui visent à rompre l'équilibre entre privé et public au profit d'une diversification et d'une privatisation des services. Divers opérateurs intervenant sur le marché britannique des médias ont en effet lancé des chaînes par satellite et interviennent massivement sur le marché européen.

— Christine LETEINTURIER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas, Institut français de presse

Classification

Pour citer cet article

Christine LETEINTURIER. BBC (British Broadcasting Corporation) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

La B.B.C. - crédits : Felix Man/ Picture Post/ Getty Images

La B.B.C.

Autres références

  • BBC ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 618 mots
    • 1 média

    Fondé à Londres en 1930 pour donner des concerts diffusés en direct sur l'antenne de la B.B.C., l'Orchestre symphonique de la B.B.C. (B.B.C. Symphony Orchestra) voit son profil d'activité se diversifier avec l'essor du disque, et il commence à donner régulièrement des concerts publics...

  • CRÉMIEUX-BRILHAC JEAN-LOUIS (1917-2015)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 1 045 mots
    • 1 média

    Homme de devoir, homme de savoir, homme de mémoire : cette triple qualification fut énoncée par le président de la République François Hollande, dans la cour d'honneur des Invalides, le 15 avril 2015, pour dire les mérites éminents de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ancien conseiller d'État en service...

  • MARIN YVES MORVAN dit JEAN (1909-1995)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 736 mots

    Voix de la liberté dans la nuit de l'Occupation, pilier du programme de la B.B.C. “Les Français parlent aux Français” de l'été de 1940 à l'automne de 1943, sous son pseudonyme de Jean Marin, Yves Morvan a été, dans la guerre puis dans la paix, à la tête de l'agence...

  • ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

    • Écrit par Jacques LERUEZ
    • 7 584 mots
    • 4 médias
    ...non plus empêché le développement d'une information radiophonique et audiovisuelle de qualité. La radio comporte deux secteurs : le secteur public de la B.B.C. (British Broadcasting Corporation) avec quatre services de portée nationale et internationale, dont l'excellent Radio-4, et une multitude de stations...

Voir aussi