WATERLOO BATAILLE DE (1815)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rentré de l'île d'Elbe au début de mars 1815, Napoléon est aussitôt mis hors la loi par le Congrès de Vienne. L'Angleterre, la Prusse, la Russie et l'Autriche s'engagent à marcher contre lui.

Fidèle à sa tactique, il veut gagner l'ennemi de vitesse et manœuvrer en position centrale. Avant d'affronter l'armée russe et l'armée autrichienne restées sur le Rhin, il se porte donc, à marches forcées, entre l'armée anglo-hollandaise (forte de 100 000 hommes) sous Wellington, concentrée vers Bruxelles, et l'armée prussienne (115 000 hommes) sous Blücher, regroupée vers Namur. Il compte les battre séparément avec son armée de 120 000 hommes, qui comprend la garde impériale, cinq corps d'armée et une réserve de cavalerie. Cette armée, formée hâtivement de vieux soldats et de volontaires, a un moral ardent mais des nerfs fragiles ; son encadrement ne vaut pas celui de naguère.

Le 16 juin, Blücher est battu à Ligny, mais il réussit à échapper à Grouchy. Le 17, Wellington s'installe défensivement au sud de Waterloo, en s'adossant si dangereusement à la forêt de Soignes que Napoléon décide de l'y attaquer dès le lendemain. Le dimanche 18, les troupes françaises multiplient les assauts meurtriers, sous les ordres de Ney, sans parvenir à rompre l'infanterie de Wellington. Au moment décisif, alors que Napoléon espérait voir déboucher Grouchy sur sa droite, Blücher fait irruption sur le champ de bataille, prenant à revers l'armée française qui fuit en déroute. Protégé par le dernier carré du 1er grenadiers, Napoléon se replie en France. Il abdiquera peu après cette foudroyante défaite.

La Belle Alliance

La Belle Alliance

photographie

Le duc de Wellington (1769-1852), commandant du corps anglo-hollandais en Belgique, et le général prussien Blücher (1742-1819) se rencontrent à la ferme de La Belle Alliance, au cours de la bataille de Waterloo, le 18 juin 1815. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Pierre GOBERT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WATERLOO BATAILLE DE (1815)  » est également traité dans :

BLÜCHER GEBHART LEBERECHT VON (1742-1819)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 470 mots
  •  • 1 média

La carrière de Blücher, général prussien qui attacha son nom à la défaite de Napoléon à Waterloo, se déroule en deux temps. Jusqu'à la soixantaine, il mène la vie assez obscure d'un officier de cavalerie. À partir de 1805 il est l'un des chefs du parti anti-français en Prusse. Né au Mecklembourg, il s'engage à quatorze ans au service de la Suède, comme simple hussard, car il n'a aucun goût pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gebhart-leberecht-von-blucher/#i_22778

CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire. 17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens. 15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII. 20 mai 1802 Rétablissement de l'escl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat-et-empire-reperes-chronologiques/#i_22778

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le sort de la France »  : […] L'invasion du territoire français par les troupes de l'Autriche, de la Prusse, de la Russie, de la Suède au nord et à l'est et de l'Angleterre dans le Midi précipita la chute de Napoléon, malgré ses admirables mais inutiles opérations de janvier-mars 1814. Contraint d'abdiquer par la défection de ses maréchaux, Napoléon reçut, au traité de Fontainebleau, la souveraineté de l'île d'Elbe. Quant à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/#i_22778

GROUCHY EMMANUEL marquis de (1766-1847) maréchal d'Empire

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 339 mots

Transfuge de sa classe (pour emprunter au marxisme son vocabulaire), Grouchy offre l'exemple typique de ces nobles qui, choisissant le parti patriote contre le parti aristocrate, embrasseront la cause révolutionnaire avec autant de persévérance que de détermination. Beau-frère de Condorcet et de Cabanis, esprit attentif et curieux, il restera l'ami des idéologues. Par conviction politique, il dema […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-grouchy/#i_22778

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  L'île d'Elbe et les Cent-Jours »  : […] La restauration de la monarchie en France fut rapidement en butte aux critiques. La majorité des Français était profondément attachée aux acquis essentiels de la Révolution et Louis XVIII était revenu avec les « bagages des étrangers », avec les derniers émigrés survivants. L'apathie d'avril 1814 se mua en défiance. Les vieilles haines furent ravivées et la résistance s'organisa. De l'île d'Elbe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_22778

NAPOLÉON, OU LES CENT-JOURS (C. D. Grabbe)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 392 mots

Charles Péguy distinguait dans le cours de l'histoire les périodes et les époques, les secondes rompant, avec un fracas qui est le plus souvent celui des armes, le déroulement (relativement) tranquille des premières. S'il y eut une époque marquante et singulière dans notre propre histoire, ce fut bien le court laps de temps de la Révolution et de l'Empire, qui suffit pour bouleverser la face de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ou-les-cent-jours/#i_22778

NEY MICHEL (1769-1815) maréchal d'Empire (1804) duc d'Elchingen (1808) prince de la Moskowa (1812)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 448 mots
  •  • 1 média

« Le Brave des braves ». Fils d'un tonnelier de Sarrelouis, d'abord petit clerc de notaire, puis soldat dès 1787. Avance avec une relative lenteur au cours des guerres de la Révolution ; quand Napoléon en fait un de ses premiers maréchaux, Ney a déjà une grande réputation d'héroïsme, mais n'a encore jamais exercé que de petits commandements ; par contre, il s'est signalé par son ostentatoire loyal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-ney/#i_22778

SOULT NICOLAS JEAN DE DIEU (1768-1851) duc de Dalmatie et maréchal d'Empire

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 602 mots

Fils d'un notaire du Tarn, engagé dès 1785, Soult conquiert ses grades successifs aux armées de la Moselle puis de Sambre et Meuse ; c'est seulement à l'armée d'Helvétie que, nommé général de division en avril 1799, il s'acquitte avec succès de tâches importantes sous les ordres de Masséna. Pendant le Consulat, il proclame avec ardeur en toute occasion son dévouement à Bonaparte ; en est-il simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-jean-de-dieu-soult/#i_22778

WELLINGTON ARTHUR WELLESLEY 1er duc de (1769-1852)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 727 mots
  •  • 2 médias

Issu de l'aristocratie britannique établie en Irlande depuis le xvii e  siècle, Arthur Wellesley sert aux Indes (où son frère aîné est vice-roi), de 1796 à 1805 ; il y révèle son talent de combiner les qualités de chef militaire, d'administrateur et de diplomate. De retour en Angleterre, élu à la Chambre des communes, il est secrétaire dans le gou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-wellington/#i_22778

Pour citer l’article

Pierre GOBERT, « WATERLOO BATAILLE DE (1815) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-waterloo/