TRAFALGAR BATAILLE DE (1805)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Retiré à Cadix, depuis qu'il a jugé impossible de rallier la Manche pour appuyer l'invasion de l'Angleterre, le vice-amiral français Villeneuve s'y retrouve bloqué par Nelson à partir d'août 1805. Engagé dans la campagne d'Allemagne, Napoléon lui ordonne de gagner Naples. Villeneuve appareille le 19 octobre avec 33 vaisseaux, dont 15 espagnols. Le 21 vers midi, il se heurte au large du cap Trafalgar aux 27 vaisseaux de Nelson. Formé en deux colonnes, Nelson se fait volontairement « barrer le T » pour écraser le centre et l'arrière-garde franco-espagnole avant que l'avant-garde du contre-amiral Dumanoir n'ait le temps d'intervenir. La manœuvre réussit. Les vaisseaux franco-espagnols sont attaqués successivement et foudroyés à bout portant par les caronades anglaises. Nelson est tué sur le Victory ; Villeneuve fait prisonnier sur le Bucentaure ; l'amiral espagnol Gravina, à l'arrière-garde, mortellement blessé. À 17 heures, la flotte franco-espagnole est détruite ou dispersée. À l'issue du combat du cap Ortegal, le 4 novembre, où les 4 vaisseaux de Dumanoir sont capturés, il ne subsiste plus que 5 vaisseaux français et 5 espagnols réfugiés à Cadix. Environ 5 500 Français et Espagnols ont péri, contre 449 Britanniques. Ce désastre contraint Napoléon, en dépit de sa victoire à Austerlitz le 2 décembre, à décider le Blocus continental, faute de pouvoir envahir l'Angleterre. Celle-ci a acquis la suprématie maritime pour un siècle.

Trafalgar

Trafalgar

photographie

La bataille navale de Trafalgar, en 1805. La flotte anglaise de l'amiral Nelson défit l'escadre franco-espagnole composée de trente-trois bâtiments sans perdre un seul navire, mais Nelson devait trouver la mort au cours de l'affrontement. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Michèle BATTESTI

Écrit par :

  • : secrétaire scientifique du Comité pour l'histoire des anciens combattants

Classification


Autres références

«  TRAFALGAR BATAILLE DE (1805)  » est également traité dans :

BATAILLES NAVALES (âge de la voile) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michèle BATTESTI
  •  • 1 045 mots

31 juillet-8 août 1588 La Armada Grande (l'Invincible Armada), forte de 130 vaisseaux (dont 60 galions et caraques de guerre) et 30 000 hommes, est envoyée en mai par Philippe II pour envahir l'Angleterre. Harcelée depuis Plymouth par les Anglais, désorganisée par des brûlots, elle livre bataille devant Gravelines le 8 août. La maniabilité des vais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/batailles-navales-age-de-la-voile-reperes-chronologiques/#i_14276

CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire. 17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens. 15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII. 20 mai 1802 Rétablissement de l'escl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat-et-empire-reperes-chronologiques/#i_14276

MARINE

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 862 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Les marines à voile des grands États européens modernes (XVIe-XIXe s.) »  : […] Il ne faut pas exagérer, dans l'Europe de la Renaissance, le déclin des marines méditerranéennes. Venise, sous l'impulsion d'un Cristoforo Da Canal, chercha à adapter sa flotte de galères à la défense de ce qui lui restait d'empire contre une piraterie croissante et un nouvel ennemi, la flotte turque. À partir des guerres d'Italie, les marines atlantiques franchirent en force le détroit de Gibral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine/#i_14276

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La guerre avec la Grande-Bretagne »  : […] De 1803 à 1805, les Britanniques furent les seuls adversaires de Napoléon. Celui-ci se lança de nouveau dans la préparation d'une invasion, avec cette fois plus de conviction. Près de deux mille navires furent rassemblés entre Brest et Anvers, et la Grande Armée fut regroupée au camp de Boulogne (1803). Le problème restait cependant le même qu'en 1798 : pour traverser la Manche, la France devait m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_14276

NELSON HORATIO NELSON vicomte (1758-1805) amiral anglais

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 458 mots
  •  • 3 médias

Entré dans la marine à l'âge de douze ans, Horatio Nelson prend part à la guerre d'Amérique, puis il est affecté en 1793 à l'escadre de l'amiral Hood engagée contre la France en Méditerranée. C'est là, lors du siège et de la prise de Calvi, qu'il perd l'œil droit. Trois ans plus tard, à la bataille du cap Saint-Vincent, Nelson, qui commande le Captain sous les ordres de Jerv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horatio-nelson/#i_14276

Pour citer l’article

Michèle BATTESTI, « TRAFALGAR BATAILLE DE (1805) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-trafalgar/