BASILIQUE SAINT-PIERRE (Rome)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 313, l'édit de Milan accorde la liberté de culte dans l'Empire, permettant à une architecture chrétienne de voir le jour, souvent inspirée, pour les églises, de la basilique civile de l'architecture romaine.

photographie : Vue de Saint Pierre de Rome

Vue de Saint Pierre de Rome

La foule rassemblée sur la place Saint-Pierre, le 23 octobre 1978, lors de la cérémonie d'intronisation de Jean-Paul II, deux cent soixante-deuxième pape de l'Église catholique romaine. 

Afficher

Contrairement à la basilique Saint-Jean-de-Latran, qui était la cathédrale offerte par Constantin à l'évêque de Rome à l'intérieur des murs de la ville, Saint-Pierre était d'abord une basilique fondée sur le lieu d'un martyre et sur une tombe qui était vénérée. C'est en effet sur la tombe que la communauté chrétienne attribuait à saint Pierre et au-dessus de laquelle elle avait installé une modeste memoria (aménagement architectural d'une tombe pour le culte funéraire) que la basilique est construite, s'étendant également au-dessus d'une riche nécropole essentiellement païenne que l'empereur désacralisa pour l'occasion. Le sommet de l'édicule émergeait au croisement de la nef centrale et du long transept qui faisait l'originalité de l'édifice, sous un baldaquin reposant sur des colonnes torses en marbre, ornées de ceps de vigne, qui constituait le « trophée » de saint Pierre. Il semble que la basilique n'ait pas comporté à l'origine d'autel permanent. Comprenant cinq nefs et une abside richement rehaussée d'or (vraisemblablement un décor de mosaïques), l'édifice avait des dimensions imposantes (122 m × 66 m) et il reçut pour son entretien une riche dotation de la part de Constantin. La basilique était précédée d'un vaste atrium, entouré de portiques, centré sur une gigantesque pomme de pin en bronze, symbole funéraire emprunté à une tombe païenne antérieure (le mausolée d'Hadrien ?) ; cet atrium permettait d'accueillir la foule des pèlerins. C'est au xve siècle, sous le pontificat de Nicolas V, que fut décidée la reconstruction de la basilique Saint-Pierre.

—  Gilles SAURON

Écrit par :

  • : professeur d'archéologie romaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Les derniers événements

8 octobre 2010 France. Audience accordée par le pape Benoît XVI à Nicolas Sarkozy

basilique Saint-Pierre de Rome. À cette occasion, le cardinal français Jean-Louis Tauran, dans une méditation, demande au « peuple de France » et à « ses dirigeants » que « chacun [...] considère ce qu'il peut accomplir [...] au service de son prochain, le respect absolu de la vie, la justice, l'emploi, l'éducation, la santé, l'environnement, la sécurité […] Lire la suite

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

basilique Saint-Pierre de Rome accueille la dépouille de Jean-Paul II devant laquelle des centaines de milliers de personnes venues du monde entier se recueillent. Le 8, les obsèques de Jean-Paul II se déroulent en présence de quatorze rois, reines et princes, quarante-quatre chefs d'État et vingt-cinq chefs de gouvernement. La Chine est le seul grand […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilles SAURON, « BASILIQUE SAINT-PIERRE (Rome) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/basilique-saint-pierre/