BARBARA (1930-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La reconnaissance d’une artiste singulière

Sa trentième année marque une vraie rupture, quand elle devient pleinement auteure-compositrice. Tout au long des années 1960, tandis que déferle en France la mode « yé-yé » et le rock britannique, Barbara signe des mélodies et textes pudiques et sensuels, ceux qui ont créé son mythe et groupé autour d’elle un public d’admirateurs inconditionnels : « Chapeau bas », « Dis, quand reviendras-tu ? » (écrit pour un amant temporaire diplomate), « Nantes », « Le Mal de vivre », « Pierre », « Si la photo est bonne », « À mourir pour mourir », « Une petite cantate ». Un peu plus tard, ce sera « Parce que (Je t’aime) », « Mon enfance », « Marienbad », « Gueule de nuit », beaucoup d’autres encore. On découvre alors le paysage intérieur d’une femme, sans véritable équivalent dans la chanson française. Le répertoire précédent laisse place à une voix chuchotée et à des mélodies « du bout des doigts », qui disent le besoin d’être aimée, les blessures jamais refermées de l’enfance, une mélancolie d’amère douceur et le sombre désir d’en finir vite, mais aussi l’ardente soif de vivre, debout contre l’inexorable fuite du temps. Cette remarquable créativité rend possible son accès aux grandes salles. Barbara passe à Bobino en première partie de Félix Marten (1961), de Georges Brassens (1964) et part en tournée avec Serge Gainsbourg (1964).

Au mois de juillet de la même année, elle accepte à contrecœur un engagement au Junges Theater de Göttingen en Basse-Saxe. L’époque est à la réconciliation franco-allemande, derrière le couple emblématique que forment Konrad Adenauer et le général de Gaulle. Mais Barbara se souvient qu’elle est juive : la langue allemande heurte trop encore son oreille, et elle est sur le point de repartir sans donner de concert. Elle racontera plus tard comment elle changea d’avis lorsqu’elle vit des étudiants allemands apporter dans la salle à dos d’homme le piano à queue qu’elle avait exigé. Elle écrit alors « Göttingen », qui voudrait en finir avec les haines séculaires en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Barbara

Barbara
Crédits : Reg Lancaster/ Express/ Getty Images

photographie

Gérard Depardieu

Gérard Depardieu
Crédits : Bertrand Rindoff Petroff/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Les derniers événements

6-27 août 2020 France. Autorisation temporaire des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave.

Barbara Pompili affirme que c’est « la seule solution possible à court terme pour éviter l’effondrement de la filière sucrière en France ». Le 27, l’Élysée décide de suspendre la chasse à la glu des oiseaux pour cette saison, soutenant la position de Barbara Pompili. La directive oiseaux de l’Union européenne, adoptée en novembre 2009, interdit ce  […] Lire la suite

3-15 juillet 2020 France. Démission du gouvernement d'Édouard Philippe et nomination de Jean Castex.

Barbara Pompili est nommée à la Transition écologique, l’avocat Éric Dupond-Moretti à la Justice et l’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot à la Culture. Le 10, des centaines de personnes manifestent à Paris et dans d’autres villes contre les nominations de Gérald Darmanin et d’Éric Dupond-Moretti, à l’appel d’associations féministes. La […] Lire la suite

27 novembre 2017 Union européenne. Prolongement de l'autorisation du glyphosate.

Barbara Hendricks (SPD) y était opposée, fragilise les négociations en vue de la formation du gouvernement à Berlin. Le président français Emmanuel Macron demande que « l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées et au plus tard dans trois ans ». […] Lire la suite

11 février 2016 France. Remaniement gouvernemental.

Barbara Pompili, à des postes de secrétaire d’État. L’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault remplace, au Quai d’Orsay, Laurent Fabius, pressenti pour présider le Conseil constitutionnel, avec le titre de ministre des Affaires étrangères et du Développement international ; le président du Parti radical de gauche Jean-Michel Baylet devient ministre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « BARBARA (1930-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/barbara-1930-1997/