BĀMIYĀN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Afghanistan : carte administrative

Afghanistan : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bamiyan

Bamiyan
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

La destruction des statues du Buddha, Bāmiyān

La destruction des statues du Buddha, Bāmiyān
Crédits : T. Koene/ Age Fotostock

photographie


Bāmiyān au cours des siècles

Le nom de Bāmiyān est l'aboutissement normal de l'évolution phonétique, en persan, du mot Bāmīkān qu'on trouve dans le Bundaheš pehlvi et de Bāmīkān qu'on trouve dans la Géographie du pseudo-Moïse de Khorène. Il apparaît dans les textes chinois à partir du ve siècle sous des formes plus ou moins différentes : Fan-yang, Fan-yen, Fang-yen et Fan-yen-na. Ces textes chinois sont de deux sortes : les uns évoquent Bāmiyān quand il faisait partie de la grande réorganisation administrative chinoise concernant les pays d'Occident ; les autres sont des Mémoires ou des récits de voyageurs. Le plus célèbre d'entre eux, le pèlerin chinois Xuanzang, qui visita Bāmiyān entre 629 et 645, nous a laissé une description très riche de ses monuments et de la vie sociale et religieuse de ses habitants. Presque un siècle après lui, le moine coréen Huizhao, qui traversa Bāmiyān en 727, nous le décrit comme un royaume indépendant malgré la présence de l'armée arabe au nord et au sud de la région. L'islamisation de la population de la vallée s'est faite progressivement. Au lieu d'une répression brutale, la plupart des princes de Bāmiyān, qui portaient le titre de Sher (roi), avaient été nommés aux postes importants de la cour de Bagdad ou d'ailleurs. C'est ainsi qu'un Sher de Bāmiyān avait été nommé gouverneur du Yaman en 844. L'avènement de Yaqub le Saffaride, qui transporta à Bagdad les idoles après la destruction d'un grand temple, ne marqua pas la fin de l'existence pré-islamique de Bāmiyān.

Il fallut attendre les Ghaznawides pour que la dynastie indigène non musulmane de Bāmiyān succombe définitivement. Sous les Ghorides, Bāmiyān fut pendant presque un siècle (1155-1212) la capitale d'un grand royaume s'étendant jusqu'au nord de l'Oxus (Āmou Dariā). Quand, en 1221, Gengis Khan, pour venger la mort de son petit-fils, rasa totalement la ville et massacra ses habitants, Bāmiyān faisait partie du royaume des Khwarazm Shahan. Sous les Moghols, nous retrouvons le nom de Bāmiyān, en particulier avec Avrangzeb qui y commit des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAMIYAN  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'art de Bāmiyān »  : […] Le Karakoram, les Pamirs, l'Hindou-kouch formaient une barrière difficile à franchir pour ceux qui allaient et venaient de l'Inde à la Chine ; les récits des pèlerins chinois dramatisent ces voyages ; on les comprend mieux en empruntant la voie la plus occidentale qui de Charikar conduit à Bāmiyān par la vallée du Ghorband. En route, à Siah-gird, on passe non loin du monastère de Fondukistan (J. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_4124

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 676 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'ère des principautés (IVe-VIIIe s.) »  : […] La période qui suit immédiatement est marquée par un recul de l'héritage hellénistique, lié à l'effondrement des États qui, bon gré mal gré, avaient su le maintenir : à partir de 225, les Perses sassanides venus de l'Iran occidental s'emparent de tout le domaine parthe et repoussent les Kouchans au sud de l'Hindukush. Bientôt ils exercent une autorité théorique sur toute l'Asie centrale et établis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-centrale/#i_4124

CONVERT PASCAL (1957- )

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une esthétique de la trace »  : […] À la même époque, en 2007, Pascal Convert choisit un autre média, le livre, et précisément la biographie historique, pour rendre hommage à Joseph Epstein (Colonel Gilles), responsable des FTP (Francs-tireurs et partisans) d'Île-de-France, fusillé au Mont-Valérien en 1944. Dans le cadre de cette recherche, l’artiste réalise aussi un documentaire, Joseph Epstein, bon pour la légende […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-convert/#i_4124

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 5 médias

L’histoire des civilisations est jalonnée de conflits armés dont les exactions ont terriblement choqué les esprits, non seulement par leurs conséquences en termes de vies humaines, mais aussi par les offenses faites aux richesses culturelles. À cet égard, la conscience collective retient, comme le symbole d’une des plus grandes pertes pour la connaissance et le patrimoine culturel universel, la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-culturel-et-conflits-armes/#i_4124

Voir aussi

Pour citer l’article

Zémaryalai TARZI, « BĀMIYĀN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bamiyan/