PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La destruction des statues du Buddha, Bāmiyān

La destruction des statues du Buddha, Bāmiyān
Crédits : T. Koene/ Age Fotostock

photographie

Vierge à l’enfant dans un paysage, L. Cranach l’Ancien

Vierge à l’enfant dans un paysage, L. Cranach l’Ancien
Crédits : F. G. Mayer/ Corbis

photographie

Dresde en 1945

Dresde en 1945
Crédits : Collection Dagli Orti/ Mondadori Portfolio/ Picture Desk

photographie

Signe distinctif de la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé

Signe distinctif de la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


L’histoire des civilisations est jalonnée de conflits armés dont les exactions ont terriblement choqué les esprits, non seulement par leurs conséquences en termes de vies humaines, mais aussi par les offenses faites aux richesses culturelles.

À cet égard, la conscience collective retient, comme le symbole d’une des plus grandes pertes pour la connaissance et le patrimoine culturel universel, la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie. Toutefois, on oublie souvent que cet épisode découle directement des affres de la guerre civile entre Jules César et Pompée au Ier siècle av. J.-C. À la suite de l’indignation que souleva, chez les Romains, le sort funeste et dégradant qui avait été réservé, par ordre du jeune Ptolémée XIII, au vaincu de la bataille de Pharsale, lequel s’était réfugié à Alexandrie, une autre guerre s'engagea entre Ptolémée et César. Les troupes de ce dernier incendièrent, en 47 av. J.-C., la flotte d'Alexandrie ; mais le feu se propagea aux entrepôts, détruisant une partie de la bibliothèque et des entrepôts, qui abritaient au total entre 400 000 à 700 000 rouleaux.

Plus de 2 000 ans après, en mars 2001, la destruction des bouddhas de Bāmiyān par les talibans, en dépit des interventions internationales au plus haut niveau qui avaient eu lieu pour les préserver, témoigne de ce que les risques pesant sur le patrimoine en zone de guerre sont plus que jamais d’actualité.

La destruction des statues du Buddha, Bāmiyān

La destruction des statues du Buddha, Bāmiyān

photographie

En mars 2001, les talibans détruisent les deux statues colossales de Buddha, à Bāmiyān (Afghanistan), hautes de 38 et 55 mètres et sculptées dans la falaise. Les réactions internationales n'auront pas réussi à freiner la violence iconoclaste qui juge la représentation... 

Crédits : T. Koene/ Age Fotostock

Afficher

Au regard de ces terribles exemples, la protection du patrimoine culturel vis-à-vis des débordements de la guerre devient une exigence qui s’est construite au cours de l’histoire dans le droit international.

Création d’un droit culturel international pour la protection du patrimoine en cas de conflit armé

Les premiers principes se dégagent dès l’Antiquité, lorsque les attentats au cours des guerres contre les sites et monuments heurtaient avant tout un ordre spirituel et appelaient à la protection des sites religieux. Cette première étape conceptuelle de la nécessité de protection du patrimoine est ainsi résumée par l'historien g [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Julien ANFRUNS, « PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-culturel-et-conflits-armes/