BĀMIYĀN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art irano-bouddhique de Bāmiyān

Sur le versant septentrional de la vallée de Bāmiyān se dresse abruptement une falaise de grande dimension où furent sculptées deux statues du Buddha représenté debout, celle du côté est mesurait 38 mètres de hauteur et celle du côté ouest atteignait une hauteur de 55 mètres. Elles firent l'admiration des visiteurs jusqu'à leur destruction par les talibans en 2001. Toutes les deux sont abritées par des niches trilobées, ornées de peintures murales et entourées de centaines de cavités qui sont en réalité les ouvertures d'innombrables grottes artificielles aux formes diverses, allant du plan circulaire au plan polygonal et du plan carré au plan rectangulaire. Ornées de peintures murales ou de motifs architecturaux exécutés en relief, ces grottes sont couvertes soit de plafonds plats ou voûtés, soit de coupoles simples ou posées sur trompes d'angle. On y remarque également des plafonds creusés dans le roc à l'imitation d'une charpente en bois.

Bamiyan

Photographie : Bamiyan

Buddha sculpté dans la falaise. Hauteur : 55 mètres. Détruit en 2001. Bamiyan, Afghanistan. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Sur la ville royale et sur deux grands monastères bouddhiques bâtis non loin de la falaise, nous n'avons que des renseignements partiels ; pour la période musulmane, en revanche, deux ruines importantes se dressent encore : la première, au sud-est de la falaise, appelée Shahr-é-Gholghola ; la seconde, Shahr-é-Zohāk (ou la « ville rouge »), située plus à l'est sur un éperon rocheux d'une étonnante couleur ocre rouge, surveille la croisée des routes menant à Kaboul.

Aussi bien placée, géographiquement, Bāmiyān n'a pas manqué de profiter des échanges commerciaux qui avaient lieu entre les villes importantes situées au nord et au sud de l'Hindou-Kouch. Elle a su également bénéficier de l'expansion du bouddhisme et devint un centre important de la propagation de la doctrine de Sākyamuni. Ainsi s'est-elle, grâce à de nombreux dons, embellie de monuments de culte, comme le grand Buddha couché en parinirvạ̄, long de mille pieds (environ 300 m), qui n'a pas encore été exhumé. On a cru voir dans la statue du Buddha debout de 38 mètres et dans les grottes avoisinantes (du groupe A à G) les œuvres les plus anciennes de Bāmiyān en raison de la disproportion (jambes courtes et tête très développée) de la statue elle-même, disproportion qui serait le témoignage d'un premier essai de sculpture gigantesque et monumentale, essai que l'on n'a pas hésité à dater de la période kouchane (ier-iiie s. apr. J.-C.). Il est vrai que les peintures murales de la partie supérieure de la niche de ce Buddha représentaient une divinité céleste (probablement Sūrya) debout sur son char, entourée d'images qui s'inspirent du répertoire iconographique gréco-romain. Il est vrai aussi que dans cette partie de la falaise, à part les décors en relief des grottes D et F, l'empreinte de l'art gupta ne se fait pas encore sentir. Parallèlement à la tradition gandharienne, des motifs sassanides véhiculés par l'intermédiaire des Hephtalites s'ajoutent à la décoration des grottes (plafond de D1).

Par contre, la grande statue du Buddha debout de 55 mètres et ses grottes avoisinantes (numérotées de I à XV) formaient un ensemble plus cohérent, influencé par l'art du Gandhāra et celui des Gupta de l'Inde ; en témoignaient les proportions heureuses de la statue elle-même, ainsi que les peintures murales de sa niche parfaitement trilobée ; l'ensemble fut exécuté entre le ve et le vie siècle après J.-C. Conjointement à ces apports artistiques, l'empreinte de l'Asie centrale apparaît dans les représentations des donateurs habillés de caftan et tunique qui distinguent les cavaliers des steppes, ainsi que dans le système particulier de couverture de certaines grottes imitant les plafonds en bois constitués de poutres en encorbellement, plafonds que l'on a pris l'habitude de désigner par le terme allemand Lanternendecke. Entre les grands Buddha de 38 et 55 mètres, d'autres groupes de grottes comme E, H, I, J et K occupent la partie centrale de la falaise. Il s'agit des niches trilobées qui abritaient jadis des statues de Buddha assis (E, H et I) ou de grottes (J et K) dont les peintures murales correspondent, sans doute, à l'apogée artistique de Bāmiyān. Ici, diverses influences se confondent progressivement pour donner naissance à un art propre qui se caractérise par l'emploi de couleurs dominantes, comme le bleu lapis du Bodhisattva du groupe E et l'ocre rouge de la grotte K. Outre cette palette chatoyante, on observe une miniaturisation de plus en plus élaborée des figures placées dans des médaillons soigneusement disposés autour de l'image centrale, miniaturisation qui tend à mettre en évidence l'image centrale, souvent constituée par un Bodhisattva. Bien que Bāmiyān soit cité comme un centre de la secte Lokottaravādin, la composition de ses peintures murales dénote en effet une prédominance de l'iconographie mahāyāniste, qui met surtout Maitreya en évidence. De cette phase de l'école de Bāmiyān (vie-viiie s.), il faudrait rapprocher les peintures murales de Folādi (vallée adjacente à l'ouest de celle de Bāmiyān) et les beaux fragments de Kakrak (autre vallée adjacente, à l'est de Bāmiyān), provenant de la grotte au « Roi chasseur », répartis entre le musée Guimet, à Paris, et le musée de Kaboul.

Ainsi l'art de Bāmiyān, grâce à la position géographique du site, est comme le maillon d'une longue chaîne qui va de l'Inde et du Gandhāra jusqu'à la Bactriane et à la Sogdiane, pour atteindre l'Asie centrale chinoise et aboutir à Dunhuang.

Réussissant la symbiose de diverses tendances, Bāmiyān créa l'art dit « irano-bouddhique ». On conçoit difficilement des relations entre les sites artistiques du nord et du sud de l'Hindou-Kouch, comme Pendjikent et Adjina-Tépé (Ouzbekistan), et Fondukistan et Tapa Sardar de Ghazni (Afghanistan), qui ne passeraient pas par Bāmiyān.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Afghanistan : carte administrative

Afghanistan : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bamiyan

Bamiyan
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAMIYAN  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'art de Bāmiyān »  : […] Le Karakoram, les Pamirs, l'Hindou-kouch formaient une barrière difficile à franchir pour ceux qui allaient et venaient de l'Inde à la Chine ; les récits des pèlerins chinois dramatisent ces voyages ; on les comprend mieux en empruntant la voie la plus occidentale qui de Charikar conduit à Bāmiyān par la vallée du Ghorband. En route, à Siah-gird, on passe non loin du monastère de Fondukistan (J. […] Lire la suite

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'ère des principautés (IVe-VIIIe s.) »  : […] La période qui suit immédiatement est marquée par un recul de l'héritage hellénistique, lié à l'effondrement des États qui, bon gré mal gré, avaient su le maintenir : à partir de 225, les Perses sassanides venus de l'Iran occidental s'emparent de tout le domaine parthe et repoussent les Kouchans au sud de l'Hindukush. Bientôt ils exercent une autorité théorique sur toute l'Asie centrale et établis […] Lire la suite

CONVERT PASCAL (1957- )

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une esthétique de la trace »  : […] À la même époque, en 2007, Pascal Convert choisit un autre média, le livre, et précisément la biographie historique, pour rendre hommage à Joseph Epstein (Colonel Gilles), responsable des FTP (Francs-tireurs et partisans) d'Île-de-France, fusillé au Mont-Valérien en 1944. Dans le cadre de cette recherche, l’artiste réalise aussi un documentaire, Joseph Epstein, bon pour la légende , et deux sculpt […] Lire la suite

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 406 mots
  •  • 4 médias

L’histoire des civilisations est jalonnée de conflits armés dont les exactions ont terriblement choqué les esprits, non seulement par leurs conséquences en termes de vies humaines, mais aussi par les offenses faites aux richesses culturelles. À cet égard, la conscience collective retient, comme le symbole d’une des plus grandes pertes pour la connaissance et le patrimoine culturel universel, la d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-27 juillet 2011 Afghanistan. Assassinats ciblés à Kandahar

Bamiyan, à l'ouest de Kaboul, est la première région dont la sécurité est rétrocédée aux troupes afghanes par les forces de l'O.T.A.N. Cette phase de transition doit s'achever en 2014-2015. Le 18, le général américain David Petraeus transmet le commandement des forces de l'O.T.A.N. en Afghanistan à son successeur, le général américain John Allen.  […] Lire la suite

2-26 mars 2001 Afghanistan. Destruction des effigies bouddhistes

Bamiyan où ils constatent la destruction des deux bouddhas.  […] Lire la suite

3-20 septembre 1998 Afghanistan – Iran. Tension entre l'Afghanistan et l'Iran et poursuite des combats

Bamiyan, le quartier général du parti pro-iranien Wahdat, dans le centre du pays. Le 15, l'Iran annonce l'envoi massif de troupes supplémentaires à la frontière et le placement de ses forces armées en état d'alerte maximale. Le 20, les forces du commandant Ahmed Shah Massoud bombardent Kaboul, faisant de nombreuses victimes civiles. Il s'agit de la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Zémaryalai TARZI, « BĀMIYĀN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bamiyan/