BAḤRITES ou BAḤRIYYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'avance mongole arrache à leur patrie un grand nombre de populations des steppes, qui viennent remplir les marchés musulmans d'esclaves. Comme ses prédécesseurs, le sultan ayyūbide al-Sālih Nadjm al-Dīn Ayyūb (1240-1249) achète un grand nombre d'esclaves originaires en particulier des steppes turques de Kiptchak et des environs. Il crée avec eux, vers la fin de son règne, un régiment d'élite de huit cents à mille cavaliers, qui tient garnison dans l'île de Rawḍa (Rōdah) sur le Nil, d'où leur nom de Baḥriyya (bahr : mer, fleuve).

Doué de toutes les vertus guerrières et de tous les défauts (turbulence, dissensions internes) des sociétés mamluk, ce régiment se distingue au cours de plusieurs batailles (al-Mansūra, 1249, Ayn Djālūt, 1260). En 1266, toutefois, il traverse une crise grave après l'accession d'un de ses membres, Aybak, au titre et à la fonction de sultan. Opposés à cette nomination, les Baḥriyya tentent en vain de le détrôner : leur chef Aqtay est tué et deux cents d'entre eux doivent fuir l'Égypte et chercher refuge auprès du souverain seldjoukide ou des différents princes ayyūbides de Syrie. Le régiment est décimé.

Revenus en Égypte après la mort d'Aybak, ils tentent vainement de retrouver leur ancienne splendeur ; le dernier d'entre eux meurt en 1307.

Le nom des Baḥriyya est mentionné jusqu'à la fin du xve siècle ; il s'applique alors à différentes forteresses syriennes dans lesquelles les premiers Baḥriyya ont été en garnison, notamment sous le règne du sultan Qalā'ūn.

La création de ce régiment a été à l'origine du sultanat mamluk. Mais il est erroné de donner le nom de « période bahrie » à la première partie du règne mamluk (1250-1382). Les historiens arabes la nomment Dawlat al-Turk pour la distinguer de la période circassienne, Dawlat al-Djarkas (1382-1517).

—  Philippe OUANNÈS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAHRITES ou BAHRIYYA  » est également traité dans :

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une puissance politique et économique »  : […] Les Ayyoubides laissèrent néanmoins quelques conceptions grandioses, que les sultans mamelouks surent exploiter. D'abord ils continuèrent, ils accentuèrent même le gouvernement des militaires, qui prennent définitivement le pas sur l'élément civil : la construction de la Citadelle en avait été le symbole. En second lieu, les Ayyoubides avaient fait en partie la preuve qu'un État formé de la réunio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-arabe/#i_30876

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La conquête musulmane et les croisades »  : […] Partis des déserts d'Arabie, les conquérants musulmans (cf. islam  - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman) déferlèrent sur la Palestine. Sous la dynastie des Omeyyades, puis celle des ‘Abbāsides, fut entreprise l'arabisation de la Palestine (cf. ‘ abbāsides , omeyyades ) qui devint l'une des principales provinces du monde musulman. La population chrétienne locale se convertit progressivement à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_30876

SULTANAT MAMELOUK - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 313 mots

1171 Fondation de la principauté syro-égyptienne par Saladin. Début du règne des princes ayyoubides. 1250 Révolte du régiment de mamelouks « bahrites » du prince ayyoubide al-Sālih Ayyūb contre le fils de celui-ci qui vient de lui succéder et veut les écarter. 1260 Victoire mamelouke d'‘Ayn Djālūt sur les Mongols. Baybars, un officier mamelouk, assassine le prince Kutūz et prend sa place. 1277 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mamelouk-reperes-chronologiques/#i_30876

Pour citer l’article

Philippe OUANNÈS, « BAḤRITES ou BAḤRIYYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bahrites-bahriyya/