BA JIN [PA-KIN] (1904-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De tous les écrivains chinois de sa génération, Ba Jin est celui qui a joui, et jouit encore, de la plus grande popularité. Romancier de l'amour impossible, il a su exprimer toutes les aspirations, parfois contradictoires, d'une jeunesse écrasée sous le poids de la tradition. Victime comme tant d'autres de la révolution culturelle, il n'a pas hésité à reprendre la plume pour dénoncer des épreuves auxquelles nombre de ses amis et proches n'ont pas survécu.

Le jeune anarchiste

De son vrai nom Li Yaotang (connu aussi sous le nom de Li Feigan), Ba Jin est né le 25 novembre 1904 à Chengdu, la capitale de la province du Sichuan, au sein d'une vieille et riche famille mandarinale. Très profondément marqué par ses origines sociales et familiales, le jeune garçon devient en outre rapidement orphelin, perdant successivement sa mère, à laquelle il était très attaché, en 1914, puis son père trois ans après. Cette enfance malheureuse, au milieu d'une famille où les dissensions sont constantes, a laissé au futur écrivain un souvenir tel qu'il ne pourra jamais l'oublier. Mais elle ne l'a pas non plus empêché de recevoir une bonne éducation traditionnelle, qui lui permet, entre autres, de lire Le Rêve dans le pavillon rouge, puis de s'ouvrir aux idées modernes. En 1920, Ba Jin, qui est inscrit à l'institut des langues étrangères de Chengdu, participe activement aux différentes manifestations organisées par les étudiants de la ville. Il se passionne pour les revues nouvelles que le mouvement du 4 mai 1919 a fait surgir dans tout le pays.

Il découvre alors l'anarchisme en lisant l'Appel à la jeunesse de Kropotkine et Le Grand Soir de Leopold Kampf. Avec des camarades il crée la Jun she (« Société Égalité ») et publie ses premiers articles, dont un sur Tolstoï. À Nankin, où il poursuit ses études secondaires à partir de 1923, puis à Shanghai, où il collabore à plusieurs publications anarchistes, il se met à correspondre avec celle qu'il appellera sa « mère spirituelle », Emma Goldman. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature chinoise à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  BA JIN [ PA-KIN ] (1904-2005)  » est également traité dans :

FAMILLE, Ba Jin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Angel PINO
  •  • 968 mots

Publié par Ba Jin (1904-2005) en 1931 et 1932 dans Le Temps de Shanghai, puis en volume en 1933, Famille (Jia) est le premier volet d'une trilogie, Jiliu (Le Torrent), qui retrace la chronique des Gao – un clan de Chengdu, dans le Sichuan, au centre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-ba-jin/#i_38707

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une littérature polyphonique »  : […] Parmi les témoignages, nombreux, sur la révolution culturelle et les dix-sept années qui l'ont précédée, il faut enfin retenir ceux de deux vétérans des lettres : les remarquables Suixianglu (Au fil de la plume), de Ba Jin, « grand livre de vérité » et miroir de la mauvaise conscience de toute une génération […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_38707

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul BADY, « BA JIN [PA-KIN] (1904-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ba-jin-pa-kin/