BA JIN [PA-KIN] (1904-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une libération sous conditions

Après la capitulation japonaise, Ba Jin a regagné Shanghai. Il y publie l'une de ses œuvres les plus attachantes : Nuit glacée (Han ye). Située à Chongqing en pleine guerre, l'intrigue relate comment une jeune femme est amenée, en dépit de l'amour qu'elle lui porte, à abandonner son mari dont les espoirs et la santé ont été progressivement ruinés et qui ne peut se séparer de sa mère. Plaidoyer pour la liberté de la femme moderne, le livre est aussi empreint d'une vision tragique de la vie, où la mort d'un individu isolé peut prendre valeur de sacrifice.

Mais Ba Jin a toujours prétendu qu'il n'avait rien d'un philosophe, encore moins d'un métaphysicien. Il est donc difficile de le juger de ce point de vue. Cela d'autant plus qu'il s'est bien gardé, une fois survenu le régime communiste, de publier rien qui pût rappeler ses opinions passées. Le nombre et l'importance des honneurs qui lui furent décernés depuis lors pourraient laisser croire que l'homme s'est purement et simplement rallié. Vice-président de l'Union des écrivains, député du Sichuan puis de Shanghai, il a rapporté du front de Corée des « Histoires héroïques » (Yingxiong de gushi), qui n'ont rien ajouté à sa gloire littéraire. Plus important, à cet égard, est sans doute le rôle qu'il a joué comme rédacteur en chef de Shouhuo (« La Moisson ») et de Shanghai wenxue (« Littérature de Shanghai »).

Pendant la révolution culturelle, Ba Jin fut une des cibles préférées de la « bande des Quatre », notamment de Yao Wenyuan, qui l'avait déjà attaqué en 1957, et de Zhang Chunqiao, qui prétendait régenter le monde littéraire de Shanghai. Soumis à toutes sortes de tortures morales et d'humiliations physiques lors de meetings publics retransmis par la télévision, l'écrivain se voit reprocher notamment d'être l'instigateur de la vague d'anarchisme que les gardes rouges ont soulevée. Il est ensuite envoyé dans une école de rééducation pour cadres, d'où il ne revient que pour voir sa femme Xiao Shan mourir d'un cancer mal soigné. Octobre 1976 marque pour lu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature chinoise à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  BA JIN [ PA-KIN ] (1904-2005)  » est également traité dans :

FAMILLE, Ba Jin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Angel PINO
  •  • 968 mots

Publié par Ba Jin (1904-2005) en 1931 et 1932 dans Le Temps de Shanghai, puis en volume en 1933, Famille (Jia) est le premier volet d'une trilogie, Jiliu (Le Torrent), qui retrace la chronique des Gao – un clan de Chengdu, dans le Sichuan, au centre de la Chine –, et leur déclin. La composition de l […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une littérature polyphonique »  : […] Pour le critique Liu Zaifu (né en 1941), l'histoire littéraire des vingt dernières années du xx e  siècle se résume au passage du monologue à la polyphonie. Mais la transition ne s'est pas effectuée du jour au lendemain. Jusqu'au milieu des années 1980, la littérature reste dominée par le modèle en vigueur durant les années 1950 et 1960 : l'écriture est une pratique au service de la société, s'att […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul BADY, « BA JIN [PA-KIN] (1904-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ba-jin-pa-kin/