BA JIN [PA-KIN] (1904-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'amour et la révolution

De retour dans cette ville à la fin de 1928, Ba Jin continue à s'intéresser au mouvement libertaire et à traduire diverses œuvres étrangères. Mais il semble surtout décidé à se consacrer à sa propre création romanesque. Outre de nombreuses nouvelles, pour une grande part d'inspiration française et réunies dans les trois recueils : Fuchou (« La Vengeance »), Guangming (« La Lumière ») et Dianyi (« La Chaise électrique ») en 1931-1932, il entreprend presque simultanément la composition de plusieurs romans. De cette production considérable, au moins en volume, sinon en qualité, il est difficile de rendre compte.

Si on peut laisser de côté Xin sheng (« La Vie nouvelle »), qui se présente comme la suite de « L'Anéantissement » et le médiocre Siqu de taiyang (« Soleil couchant »), trois autres titres méritent de retenir l'attention : Hai di meng (« Le Rêve sur la mer »), qui évoque de façon allégorique la récente invasion de la Chine par les Japonais, Xue (« La Neige »), qui s'inspire de Germinal pour décrire le sort tragique des ouvriers d'une mine, et Chuntian li de qiutian (« L'Automne au printemps »). Cette dernière œuvre, toute pleine de la mélancolie d'une idylle brisée, est particulièrement intéressante dans la mesure où elle préfigure, sous une forme encore réduite, tous les développements que l'écrivain consacrera par la suite au thème de l'amour malheureux.

En 1931, Ba Jin a également en chantier deux grands romans qui deviendront chacun une trilogie. La première, Ai (« L'Amour »), terminée en 1934, comporte trois parties, Wu (« Le Brouillard »), Yu (« La Pluie ») et Dian (« L'Éclair »), ainsi qu'un interlude Lei (« Le Tonnerre »), qui se situe entre les deux dernières. Le romancier s'est donné pour but de faire le portrait d'une jeunesse partagée entre l'amour et la révolution. Après de longues hésitations et de nombreuses tergiversations, les moins lâches sacrifient leur vie sentimentale pour s'engager dans la voie révolutionnaire. Bien que l'auteur n'indique pas précisément de quelle révolution il s'agit, le caractère militant de l'œuv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature chinoise à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  BA JIN [ PA-KIN ] (1904-2005)  » est également traité dans :

FAMILLE, Ba Jin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Angel PINO
  •  • 968 mots

Publié par Ba Jin (1904-2005) en 1931 et 1932 dans Le Temps de Shanghai, puis en volume en 1933, Famille (Jia) est le premier volet d'une trilogie, Jiliu (Le Torrent), qui retrace la chronique des Gao – un clan de Chengdu, dans le Sichuan, au centre de la Chine –, et leur déclin. La composition de l […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une littérature polyphonique »  : […] Pour le critique Liu Zaifu (né en 1941), l'histoire littéraire des vingt dernières années du xx e  siècle se résume au passage du monologue à la polyphonie. Mais la transition ne s'est pas effectuée du jour au lendemain. Jusqu'au milieu des années 1980, la littérature reste dominée par le modèle en vigueur durant les années 1950 et 1960 : l'écriture est une pratique au service de la société, s'att […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul BADY, « BA JIN [PA-KIN] (1904-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ba-jin-pa-kin/