AUNG SAN (1916-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille connue pour avoir participé à la résistance après l'annexion de la Birmanie par la Grande-Bretagne en 1886, Aung San devint secrétaire de l'Union des étudiants de l'université de Rangoon en février 1936. Après que la Birmanie eut été détachée de l'Inde en 1936, il milite pour l'organisation révolutionnaire Dobama Asi-ayone (« Nous les Birmans ») dont il devint secrétaire général en 1939. Composée de nationalistes extrémistes, cette organisation fut interdite, ce qui obligea Aung San et vingt-neuf de ses compagnons à fuir au Japon.

Aung San revint en Birmanie avec les envahisseurs nippons en 1942 et fut chargé de constituer une armée de guérilla pour soutenir les Japonais dans leur lutte contre les Britanniques. Connue sous le nom d'Armée nationale birmane, cette force se développa au fur et à mesure de l'avance japonaise et prit peu à peu en main l'administration locale des territoires occupés. Ministre de la Défense dans le gouvernement fantoche de Ba Maw (1943-1945), il se mit à douter de la sincérité des promesses japonaises concernant l'indépendance de son pays ; il fut ainsi conduit à changer de camp et à mettre en mars 1945 l'Armée nationale birmane au service des Alliés. Cinq mois plus tard, les Japonais se rendaient ; les Britanniques cherchèrent alors à incorporer les forces d'Aung San dans l'armée régulière, mais il refusa et créa avec ses principaux compagnons l'Organisation volontaire du peuple. Se présentant comme une association d'anciens combattants qui se consacraient à des tâches civiles, celle-ci était en réalité une armée clandestine à but politique, destinée à être utilisée comme moyen de pression ou comme force militaire.

Aung San créa, en 1945, la Ligue antifasciste pour la liberté du peuple (A.F.P.F.L.), mouvement clandestin regroupant des nationalistes, et utilisa ce parti politique comme tremplin, ce qui lui permit d'être élu vice-président du Conseil exécutif de Birmanie en 1946. Il était en fait Premier ministre, mais son pouvoir était hypothéqué par le veto du gouverneur britanniq [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  AUNG SAN (1916-1947)  » est également traité dans :

AUNG SAN SUU KYI (1945- )

  • Écrit par 
  • Christian LECHERVY
  • , Universalis
  •  • 1 262 mots
  •  • 1 média

La fille du général Aung San (1915-1947), le héros de l'indépendance birmane, et de Daw Khin Kyi (1912-1988) incarne les idéaux démocratiques mis à mal par les régimes militaires au pouvoir en Birmanie à partir de 1962. Porte-parole des sans-voix, celle qui se nomme « brillante collection d'étranges victoires » prêche une contestation non violente. Diabolisée par le pouvoir, accusée d'être à la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aung-san-suu-kyi/#i_28684

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 119 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les guerres anglo-birmanes »  : […] Les Anglais, de leur côté, s'assurèrent un point d'appui en occupant l'île de Negrais (Hainggyi) à l'embouchure de la rivière de Bassein (1753). Alaungpaya créa un nouveau port à Dagon, village de pêcheurs môn, qui est à l'origine de la fondation de Rangoon. Il détruisit ensuite la colonie britannique de Negrais sous prétexte qu'elle avait apporté un appui aux Môn. L'un de ses successeurs, Bodawpa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/birmanie-myanmar/#i_28684

NE WIN MAUNG SHU MAUNG (1911-2002)

  • Écrit par 
  • Christian LECHERVY
  •  • 927 mots

Né le 24 mai 1911 à Paungdale dans une famille sino-birmane de petit fonctionnaire, Shu Maung fait des études de médecine mais quitte l'université, en 1931, sans diplôme. Employé des postes à Rangoon, il milite au sein du mouvement anticolonial Nous les Birmans ( Dobama Asi Ayone ). Il y fait la connaissance d'Aung San et le suit avec le groupe des Trente Camarades sur l'île de Hainan, pour bénéf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maung-shu-maung-ne-win/#i_28684

NU U (1907-1995)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 046 mots
  •  • 1 média

Premier ministre de la Birmanie (1948-1956, 1957-1958, 1960-1962). Né le 25 mai 1907 à Wakema, petite bourgade du delta de l'Irrawaddy, fils aîné d'un petit commerçant, U Nu avait pu faire des études supérieures et accéder à l'université de Rangoon, dont il sortit diplômé en 1929, mais où il revint en 1935 pour se préparer au barreau. Il devint alors un des leaders de l'Union des étudiants, puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-nu/#i_28684

Les derniers événements

20-27 septembre 2018 • CanadaLa Birmane Aung San Suu Kyi déchue de sa citoyenneté honoraire.

Le 20, la Chambre des communes adopte à l’unanimité une résolution qui qualifie de génocide les crimes commis en Birmanie contre les Rohingya. Le 27, les députés décident à l’unanimité de révoquer la citoyenneté honoraire octroyée en octobre 2007 à la conseillère spéciale de l’État birman Aung San Suu Kyi, dénonçant l’attitude de celle-ci à l’égard des Rohingya.  [...] Lire la suite

27 août 2018 • BirmanieAccusation de génocide portée contre le chef de l’armée.

-ci affirme que « les principaux généraux de Birmanie, y compris le commandant en chef Min Aung Hlaing, doivent faire l’objet d’enquêtes et de poursuites pour génocide […], ainsi que pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre ». Le rapport dénonce également l’attitude de la dirigeante Aung San [...] Lire la suite

21-28 mars 2018 • BirmanieDémission du président Htin Kyaw.

Le 21, le président Htin Kyaw, malade, annonce sa démission. Aung San Suu Kyi, qui ne pouvait exercer cette fonction, avait fait élire ce proche conseiller à ce poste en mars 2016, à la suite de la victoire de sa formation, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), aux élections législatives [...] Lire la suite

27 novembre - 2 décembre 2017 • Vatican - Birmanie - BangladeshVisite du pape François en Asie.

Les 27 et 28 novembre, le pape François se rend en visite en Birmanie où il rencontre le général Min Aung Hlaing, commandant en chef de l’armée, la conseillère d’État Aung San Suu Kyi et le clergé bouddhiste. Invité à ne pas prononcer le nom de Rohingya pour ne pas sembler valider l’origine [...] Lire la suite

10-19 septembre 2017 • BirmanieÉmigration massive des Rohingya.

des Affaires étrangères Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991, s’exprime publiquement pour la première fois sur la crise. Elle minimise l’ampleur de celle-ci, ménageant à la fois l’armée, qui conserve une position dominante dans les institutions, et une opinion nationale majoritairement hostile [...] Lire la suite

15-30 mars 2016 • BirmanieÉlection de Htin Kyaw à la présidence.

Le 15, le Parlement élit à la présidence l’ancien haut fonctionnaire Htin Kyaw. Celui-ci était le candidat proposé par Aung San Suu Kyi, présidente de la Ligue nationale pour la démocratie qui a remporté les élections législatives de novembre 2015. La Constitution interdisait à Aung San Suu Kyi [...] Lire la suite

8-12 novembre 2015 • BirmanieVictoire de l’opposition aux élections législatives.

Le 8, avec 255 sièges sur 440 à la Chambre des représentants, la Ligue nationale pour la démocratie (L.N.D.) de l’opposante Aung San Suu Kyi remporte la majorité absolue aux premières élections législatives libres organisées depuis mai 1990 – la L.N.D. avait alors remporté le scrutin [...] Lire la suite

13 août 2015 • BirmanieÉviction du chef du parti au pouvoir.

de l’opposante Aung San Suu Kyi dans la perspective de l’élection du prochain président par le collège électoral qui sera issu des élections législatives prévues en novembre. Opposé au président Thein Sein, Thura Shwe Mann soutenait l’adoption d’amendements constitutionnels visant à réduire le pouvoir des militaires.  [...] Lire la suite

25 juin 2015 • BirmanieRejet de projets d’amendement à la Constitution.

Le Parlement rejette, faute de dégager une majorité des trois quarts, les projets de réformes constitutionnelles relatifs, entre autres, à la réduction des pouvoirs législatifs dont bénéficie l’exécutif, ainsi qu’à la possibilité pour une personne ayant épousé un étranger ou dont les enfants ne sont pas birmans, de se présenter à l’élection présidentielle – cet amendement visait la situation de l’opposante Aung San Suu Kyi.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

« AUNG SAN (1916-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aung-san/