AUNG SAN SUU KYI (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Femme politique birmane, fille du général Aung San (1915-1947), le héros de l'indépendance birmane, et de Daw Khin Kyi (1912-1988). Longtemps diabolisée par le pouvoir militaire au pouvoir depuis 1962, accusée d'être à la solde de l'étranger ou de fomenter l'anarchie, elle poursuit une guerre d'usure contre les autorités en dépit d'intimidations multiples. Forte du soutien des démocraties qui lui ont attribué successivement le prix Sakharov (1990), le prix Nobel de la paix (1991) ou encore la médaille de la liberté (2000), elle refuse l'exil.

Née à Rangoon le 19 juin 1945, Aung San Suu Kyi fait ses études dans la capitale puis en Inde où sa mère a été nommée ambassadrice, enfin au Royaume-Uni. Diplômée de l'université d'Oxford, elle épouse en 1972 un universitaire britannique, Michael Aris (1946-1999), spécialiste du monde tibétain, qu'elle suit au Bhoutan. Tout en élevant ses deux fils, Myint San Aung (Alexander, né en 1973) et Htein Lin (Kim, né en 1977), elle entame une thèse de doctorat. Des recherches académiques sur son père la conduisent à l'université de Kyōto (1985). Rentrée à Rangoon (avril 1988), elle est guidée par les événements sanglants qui s'y déroulent. Tout s'enchaîne alors très vite. Le 15 août, elle publie une lettre ouverte et propose au gouvernement sa médiation avec les étudiants révoltés. Deux jours après sa première apparition publique, le 26 août, des centaines de milliers de personnes viennent l'écouter près de la pagode de Schwedagon puis, le 24 septembre, elle co-fonde la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), une alliance des partis d'opposition. Pendant ce temps, l'armée reprend le contrôle du pouvoir. Secrétaire générale de la NLD, Aung San Suu Kyi organise le mouvement et sillonne le pays, parfois au risque de sa vie.

La junte l'assigne à résidence (20 juillet 1989) mais, pour que le « peuple sache qu'il n'est pas seul », Aung San Suu Kyi multiplie les grèves de la faim et déclare que les Birmans doivent apprendre à ne pas seulement compter sur elle. [...]

Aung San Suu Kyi

Photographie : Aung San Suu Kyi

Photographie

La Birmane Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix 1991, figure de proue de l'opposition à la junte militaire. 

Crédits : PA Photos

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignant à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  AUNG SAN SUU KYI (1945- )  » est également traité dans :

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 119 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'ère des réformes et le retour en grâce »  : […] Les ex-généraux Thein Sein et Thura Shwe Mann ont, depuis leur accession au pouvoir « civil », rivalisé d'initiatives réformatrices. La porte de la réconciliation fut d'abord ouverte en direction d' Aung San Suu Kyi. Libérée le 13 novembre 2010 après sept années d'emprisonnement, elle put faire réenregistrer son parti et participer aux élections partielles du 1 er  avril 2012, que la N.L.D. rempor […] Lire la suite

Les derniers événements

Birmanie. Échec d’une tentative de réduction des pouvoirs de l’armée. 10 mars 2020

Le Parlement rejette le projet de réforme constitutionnelle introduit par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), la formation de la « conseillère de l’État » Aung San Suu Kyi, dans le cadre de sa campagne visant à réduire les pouvoirs de l’armée. Le projet prévoyait de réduire le quota de 25 […] Lire la suite

Birmanie. Ordonnance de la CIJ sur le risque de génocide des Rohingya. 23 janvier 2020

toujours en Birmanie. La CIJ rejette les arguments avancés par la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi qui a mis en avant l’existence d’un conflit armé interne à la province de l’Arakan et a défendu les initiatives prises en faveur d’une réconciliation. […] Lire la suite

Canada. La Birmane Aung San Suu Kyi déchue de sa citoyenneté honoraire. 20-27 septembre 2018

Le 20, la Chambre des communes adopte à l’unanimité une résolution qui qualifie de génocide les crimes commis en Birmanie contre les Rohingya. Le 27, les députés décident à l’unanimité de révoquer la citoyenneté honoraire octroyée en octobre 2007 à la conseillère spéciale de l’État birman Aung San Suu Kyi, dénonçant l’attitude de celle-ci à l’égard des Rohingya. […] Lire la suite

Birmanie. Accusation de génocide portée contre le chef de l’armée. 27 août 2018

-ci affirme que « les principaux généraux de Birmanie, y compris le commandant en chef Min Aung Hlaing, doivent faire l’objet d’enquêtes et de poursuites pour génocide […], ainsi que pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre ». Le rapport dénonce également l’attitude de la dirigeante Aung San […] Lire la suite

Birmanie. Démission du président Htin Kyaw. 21-28 mars 2018

Le 21, le président Htin Kyaw, malade, annonce sa démission. Aung San Suu Kyi, qui ne pouvait exercer cette fonction, avait fait élire ce proche conseiller à ce poste en mars 2016, à la suite de la victoire de sa formation, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), aux élections législatives […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian LECHERVY, « AUNG SAN SUU KYI (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aung-san-suu-kyi/