CANDOLLE AUGUSTIN PYRAME DE (1778-1841)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Botaniste suisse, né à Genève dans une famille protestante d'origine française, exilée avant l'édit de Nantes, Candolle fait ses études au collège Calvin. Parce qu'il refuse d'entrer dans la magistrature comme son père, et souhaite herboriser (en 1797 il découvre, dans le Jura, Reticularia rosea), sa famille l'engage à devenir médecin. En 1798, il vient dans ce but à Paris, mais il fréquente surtout le Muséum d'histoire naturelle où, jusqu'en 1808, il travaillera auprès des grands naturalistes de l'époque tels que Cuvier, Lamarck, Geoffroy Saint-Hilaire.

En 1799, il publie une Histoire des plantes grasses (avec 168 illustrations de Redouté) puis Les Liliacées (1802-1816), et s'intéresse à la botanique médicale : Recherches sur les différentes espèces d'Ipecacuanha (1802), Essai sur les propriétés médicales des plantes comparées avec leurs formes extérieures et leur classification naturelle (thèse de doctorat en médecine, 1804). Chargé, en 1802, de rédiger une troisième édition de la Flore française de Lamarck, et ayant consacré plusieurs années à l'étude des plantes de France, il publie, en 1805, un ouvrage entièrement original qui traite de l'organographie et de la physiologie végétale sur un ton absolument neuf en botanique. Pour le compte de la Société d'agriculture de la Seine, il étudie les productions spontanées et cultivées des plantes en France et leur distribution géoagricole selon les régions. Après avoir suppléé Cuvier au cours de physiologie végétale du Collège de France, il succède à Broussonnet, en 1808, à la chaire de botanique de la faculté de Montpellier. Il occupera ce poste jusqu'à ce que des persécutions religieuses l'obligent à regagner Genève (1816).

À Montpellier, il étudie les champignons parasites des plantes cultivées et publie la Théorie élémentaire de la botanique (1813), ébauche de son grand ouvrage inachevé Systema naturale regni vegetabilis (1824-1839), qui sera achevé par son fils Alphonse Pyrame et dont certains volumes paraissent sous le titre de Prodromus. Il expose dans ce livre, pour la première fois, les principes de la classification qu'il appelle taxonomie : les êtres organisés sont soumis à un plan général définissant le type à partir duquel les différences apparaissent ultérieurement. Il s'intéresse aussi aux problèmes de l'évolution, de la phytogéographie et de la biologie des plantes. Il a beaucoup travaillé sur la physiologie végétale (Premier Essai sur la nutrition des lichens, 1797 ; Expériences relatives à l'influence de la lumière sur quelques végétaux, 1800 ; Causes de la direction des tiges vers la lumière, 1809) ; sur l'agronomie (Mémoire sur la fertilisation des dunes, 1803 ; Instruction sur l'emploi des engrais liquides, 1825 ; Théorie des assolements, 1831) ; sur les fossiles (Asteroma, Polystigma, Stilbospora, 1817).

Lorsqu'il revient à Genève, la ville crée pour lui une chaire d'histoire naturelle, et lui confie la direction du Jardin botanique fondé en 1791 ; il fait de Genève un centre de recherche, lieu d'attraction des botanistes du xixe siècle, qui donneront son nom à la famille des Candolleacea, qui compte plus de trois cents espèces. Il fonde la Société helvétique d'histoire naturelle et devient, en 1831, recteur de l'Université.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CANDOLLE AUGUSTIN PYRAME DE (1778-1841)  » est également traité dans :

FLORE, ouvrage botanique

  • Écrit par 
  • Gérard AYMONIN
  •  • 2 208 mots

Dans le chapitre «  Flores du territoire français »  : […] Après l'édition très complétée de la Flore de Lamarck (1805-1815) menée par A. Pyramus de Candolle, une multitude d'ouvrages vont paraître (l'un d'eux encore en latin). Pour l'ensemble du pays, les synthèses les plus marquantes sont celles de J. C. M. Grenier et D. A. Godron (1848-1856), de H. Coste (1901-1906, ouvrage illustré demeurant le plus apprécié, enrichi de sept suppléments de 1972 à 1990 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « CANDOLLE AUGUSTIN PYRAME DE - (1778-1841) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-pyrame-de-candolle/