ATMOSPHÈRE SOLAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le profil de température de l’atmosphère solaire a longtemps défié l’entendement ; des travaux théoriques récents donnent pour la première fois une explication plausible de son étrange comportement.

Le Soleil, étoile banale du type naine jaune, est constitué de trois couches internes entourées d’une atmosphère. Le cœur, où ont lieu les réactions de fusion nucléaire, s’étend jusqu’à un rayon de 140 000 kilomètres, soit un quart du rayon solaire, et sa température approche 15 millions de kelvins (K). La zone radiative s’étend jusqu’à 70 p. cent du rayon solaire et sa température décroît jusqu’à 2 millions de kelvins en s’éloignant du centre. La zone convective moins dense qui la recouvre voit la température descendre jusqu’à 6 000 K environ. L’atmosphère du Soleil a été étudiée en détail depuis plusieurs siècles et on a pris l’habitude de la diviser en trois régions : la photosphère, la chromosphère et la couronne ; les frontières de ces trois régions ne sont cependant pas précises. La photosphère, dont l’épaisseur n’est que de quelques centaines de kilomètres, a une température qui baisse de 6 000 K à 4 000 K environ lorsque croît l’altitude. La chromosphère s’étend jusqu’à une distance de 2 100 kilomètres de la surface et sa température s’élève avec l’altitude de 4 000 K à 8 000 K. Enfin, la température de la couronne solaire est supérieure à 500 000 K et dépasse parfois le million de kelvins. Même si on ne dispose pas de données fiables, on pense que ce chauffage de l’atmosphère concerne de nombreuses autres étoiles. Comprendre ce profil des températures est un défi posé aux astrophysiciens.

Expliquer comment la température de l’atmosphère du Soleil peut atteindre jusqu’à un million de degrés, alors que celle de la surface de l’étoile est d’environ 6 000 K, nécessite une analyse approfondie des mécanismes de transferts d’énergie dans ce système. On avait d’abord envisagé que des ondes de choc acoustiques, nées dans la basse atmosphère à la suite des turbulences de la zone convective, pouvaient, en se dissipant, chauffer la couronne solaire. Des calculs théoriques corroborés par des observations ont cependant montré que la portée de ces ondes de choc n’est pas suffisante pour qu’elles affectent la couronne. Il faut se souvenir que, contrairement au cas des planètes, l’atmosphère d’une étoile telle que le Soleil n’est pas un gaz formé d’atomes ou de molécules, mais un plasma. En effet, les hautes températures qui y règnent empêchent les électrons d’y être liés aux noyaux atomiques et le fluide atmosphérique est donc essentiellement composé de protons et d’électrons. Une conséquence essentielle de cet état de plasma est la grande influence des champs magnétiques sur la dynamique des particules et particulièrement des électrons. D’ailleurs, la découverte des arches coronales et de leurs liens avec l’activité magnétique du Soleil a démontré l’importance des effets magnétohydrodynamiques. L’énigme du profil des températures de l’atmosphère solaire est donc un problème de physique des plasmas magnétisés.

Un modèle plausible a été développé en 2015 par des physiciens théoriciens français du C.N.R.S. et du C.E.A. Ils sont en effet parvenus à réaliser une modélisation décrivant les différents processus physiques présents dans les couches successives de l’atmosphère. Dans la couche turbulente située sous la surface du Soleil, des champs magnétiques de dimensions réduites sont d’abord créés par effet dynamo. Ces cellules turbulentes qui ont une durée de vie de quelques minutes parviennent après de nombreux cycles à engendrer des champs d’intensité moyenne (une centaine de gauss environ), mais d’extension spatiale considérable. En suivant la propagation et le développement de ces champs magnétiques à travers les couches calmes de la photosphère, la modélisation réalisée par l’équipe de Tahar Amari au Centre de physique théorique de l’École polytechnique rend compte des transferts d’énergie qui s’ensuivent. La forte densité d’énergie magnétique se propage à travers la chromosphère et jusqu’à une mince couche de la couronne, qui s’échauffe alors que la complexité du champ magnétique décroît. Publiés dans la livraison du 11 juin 2015 de la revue Nature, leurs résultats indiquent qu’un autre mécanisme est nécessaire pour échauffer l’ensemble de la couronne, un mécanisme dans lequel des boucles magnétiques apparaissen [...]

Surface du Soleil

Photographie : Surface du Soleil

La surface du Soleil selon les données de la mission spatiale I.R.I.S. de la N.A.S.A., avec en fond la structure dynamique de l'atmosphère chauffée. La température de la surface du Soleil est d'environ 6 000 K, alors que celle de son atmosphère peut atteindre jusqu'à un million de degrés. 

Crédits : Tahar Amari/ Centre de physique théorique

Afficher

Atmosphère solaire

Photographie : Atmosphère solaire

Modélisation de l'atmosphère solaire montrant à haute résolution la formation de courants électriques importants qui s'élèvent telles des flammes. 

Crédits : Tahar Amari/ Centre de physique théorique

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Surface du Soleil

Surface du Soleil
Crédits : Tahar Amari/ Centre de physique théorique

photographie

Atmosphère solaire

Atmosphère solaire
Crédits : Tahar Amari/ Centre de physique théorique

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Autres références

«  ATMOSPHÈRE SOLAIRE  » est également traité dans :

INTERPLANÉTAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • Pierre COUTURIER, 
  • Jean-Louis STEINBERG
  •  • 4 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le mécanisme d'expansion du vent solaire »  : […] L'idée d'une extension de l'atmosphère solaire jusqu'à l'orbite terrestre était donc en gestation dans les années 1950 mais les physiciens ne disposaient pas d'une interprétation théorique de ce phénomène ; par ailleurs les données quantitatives sur les paramètres du fluide en expansion, sur l'aspect continu ou non du processus étaient bien maigres. Les résultats de l'analyse des queues cométaire […] Lire la suite

RADIOASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • James LEQUEUX
  •  • 9 774 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Émission thermique des solides et des gaz »  : […] Un corps solide porté à une température T (mesurée en kelvins) émet un rayonnement électromagnétique dont l'intensité est donnée par la loi de Planck (émission dite du corps noir , cf.  thermodynamique ) : formule dans laquelle h et k sont les constantes de Planck et de Boltzmann, c la vitesse de la lumière et T la température de la source. Dans le domaine radio, on a presque toujours hf  ⪡  […] Lire la suite

SOLEIL

  • Écrit par 
  • Pierre LANTOS
  •  • 5 475 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Phénomènes éruptifs »  : […] Les éruptions dans une région active correspondent à la libération brusque (en quelques minutes) d'une énergie importante (jusqu'à 10 25  joules). Cette libération d'énergie donne lieu à l'échauffement du plasma (10 8  K) et à l'accélération de particules (électrons, protons, ions). On détecte alors des émissions intenses dans tout le domaine spectral, depuis les rayons X jusqu'aux ondes radioélec […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « ATMOSPHÈRE SOLAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-solaire/