WESKER ARNOLD (1932-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arnold Wesker est né à Londres le 24 mai 1932. Fils d'un petit tailleur juif de l'East End, il devient homme de théâtre presque par hasard, après avoir vu, en 1956, la pièce d'Osborne, La Paix du dimanche (Look Back in Anger). Un outil, une arme, voilà ce dont il s'empare, avec l'aide du Royal Court et du metteur en scène John Dexter. Il veut donner la parole au malaise de sa génération démobilisée à la fois par les promesses du Welfare State et par les événements de Hongrie. Ce sont ses propres expériences professionnelles, sa propre famille, qu'il mettra d'abord en scène. Ronnie est le héros commun à trois pièces qui forment un triptyque, trois leçons d'un « roman d'apprentissage » : La Soupe de poulet à l'orge (Chicken Soup with Barley, 1958) ; Racines (Roots, 1959) ; Je parle de Jérusalem (I'm Talking about Jerusalem, 1960). Comme Wesker, Ronnie a une mère juive, chaleureuse, enthousiaste, militante communiste, et dépassée par les événements ; comme lui, il part en tant que cuisinier à Paris et rêve d'un monde meilleur. Dans Je parle de Jérusalem, il se retire dans une vieille ferme avec la femme qu'il aime : expérience utopique à la William Morris, qui se soldera par un échec.

La première pièce de Wesker à être connue en France fut La Cuisine (The Kitchen, 1959), montée par Ariane Mnouchkine et le Théâtre du Soleil en 1966, dans l'ancien cirque Médrano. Sans un accessoire, le ballet mécanique de la préparation des repas dans une grande cuisine de restaurant se déroulait avec une vérité hallucinante. Ainsi épuré, stylisé, le naturalisme de Wesker donne toute sa mesure et offre une vision sans concession des relations sociales. Pourquoi une cuisine ? Parce que pour Wesker, c'est un microcosme, comme le sera l'armée dans Des frites, des frites, des frites (Chips with Everything, 1962) : « Cette saleté de cuisine est comme le monde », ou encore « La vie civile, la vie militaire, c'est du pareil au même. » Par le jeu des affrontements dramatiques, Wesker dénonce les relations d'autorité et l'abrutissement des classes qui ne meurent plus de faim mais vivent dans des relents de graisse frite qui feraient horreur aux bourgeois des beaux quartiers : « Vous faites des mômes, vous bouffez des frites, et vous faites ce qu'on vous dit de faire. » La solution pour lui ? Il prêche, non sans naïveté, le retour à « une véritable culture enracinée dans le peuple » : Wesker est un idéaliste qui prêche le matérialisme.

Les qualités dramatiques de Wesker sont inséparables de ses défauts. Sa langue, qu'il veut populaire, n'échappe pas toujours aux stéréotypes. Il n'apprend que peu à peu les contraintes de l'écriture dramatique. Il aime prendre tout son temps pour raconter une histoire, montrer le passé qui explique le présent, il aimerait que ses pièces commencent par « il était une fois ». Emporté par le message, il tombe parfois dans l'allégorie, comme avec Les Quatre Saisons (The Four Seasons, 1965), mais il a plutôt tendance à oublier que le théâtre est le domaine du faire-semblant, tant pour lui le sens du concret est une valeur morale, politique, ce qui va jusqu'au culte presque fétichiste de la chose bien faite : il fournit la partition quand il doit y avoir chanson, la recette de cuisine quand il doit y avoir gâteau. De l'utopie qu'est pour lui le lieu théâtral – un lieu où l'on montre ce qui pourrait être fait – il a tenté de passer à l'utopie pratique, vécue, en cherchant à fonder une communauté pour artistes, le Centre 42, qui a connu les difficultés habituelles, financières et idéologiques.

Les années 1970, au climat plus sophistiqué, plus cynique, ne seront pas favorables à Wesker : sa pièce The Friends, qu'il met en scène lui-même en 1970, est un échec ; The Old Ones est mal reçue car on lui reproche le ton moralisateur qu'il emploie pour parler du sort des vieillards ; écrit en 1971, The Journalists ne trouve pas de production.

À partir de 1974, il retrouve cependant une relative faveur de la part de la critique et du public grâce au succès remporté par son théâtre à l'étranger – notamment aux États-Unis et en Suède. Coup sur coup, c'est The Wedding Seat (Le Festin de noces, 1974, inspiré de Dostoïevski) et The Merchant (Le Marchand, 1976, d'après Le Marchand de Venise de Shakespeare). En 1978, il réalise pour la télévision Love Letters on Blue Paper, pièce écrite sous forme épistolaire, puis, en 1981, Caritas, charge féroce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WESKER ARNOLD (1932-2016)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « De nouveaux lieux, de nouvelles formes »  : […] « Nous écrivons à présent pour un public bourgeois – un point c'est tout », déclare, en 1963, le dramaturge Robert Bolt. À ce moment-là, rares sont en effet ceux qui tentent de penser une pratique nouvelle. Il est significatif, d'ailleurs, que deux des principales exceptions finissent par quitter le pays : Brook, qui est pratiquement le seul en Angleterre à se réclamer d'Artaud, part pour Paris e […] Lire la suite

PINTER HAROLD (1930-2008)

  • Écrit par 
  • Ann LECERCLE
  •  • 2 314 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une dramaturgie de l'Innommable »  : […] Née du prodigieux renouveau de l'écriture dramatique au milieu des années 1950 qui a, pour la première fois, ouvert les théâtres prestigieux du West End à de jeunes auteurs, souvent d'origine populaire, l'œuvre de Pinter se situe au carrefour de deux genres : le théâtre dit de l' Absurde et un genre spécifiquement britannique, le néo-naturalisme de l'école de la Cuisine – d'après La Cuisine d' Ar […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claire PASQUIER, « WESKER ARNOLD - (1932-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-wesker/