DIAZ ARMANDO (1861-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Colonel d'infanterie en 1910, Diaz prend part à la guerre de Libye, où il est blessé. Il devient secrétaire du général Pollio, chef de l'état-major général ; à la mort de ce dernier, il collabore avec le nouveau généralissime, Cadorna, pour préparer la mobilisation de l'armée italienne. Lors de l'intervention de l'Italie aux côtés de l'Entente, il demeure chef de la section des opérations à l'état-major général.

Au lendemain de la rupture du front italien par les Austro-Allemands à Caporetto (1917), il opère, avec la IIIe armée du duc Emmanuel-Philibert d'Aoste, une retraite en bon ordre.

Le nouveau président du Conseil, Orlando, relève Cadorna de son commandement, et c'est Diaz qui est appelé à cette fonction. Le choix d'Orlando va se révéler heureux. Diaz exécute le plan d'arrêt de la retraite, conçu par Cadorna avant sa disgrâce, de résistance à outrance sur la ligne Monte-Grappa-Piave.

Au cours de l'hiver 1917-1918, il se cantonna dans une défensive prudente et s'employa à reconstituer la force offensive et le moral de l'armée. Il déploya, dans cette tâche, des qualités qui le font apparaître comme l'antithèse de son prédécesseur. Il s'efforce d'humaniser la condition du soldat, améliorant la vie matérielle de la troupe, combattant la propagande pacifiste. Étayée par l'effort économique et industriel du pays, l'armée reprend confiance. Avec l'aide de ses sous-chefs d'état-major, Badoglio et Giardino, Diaz la dote d'un armement abondant et établit un dispositif stratégique en profondeur. Il s'efforce d'insérer étroitement dans l'effort de guerre commun une participation italienne qui avait été, jusque-là, très jalouse de son autonomie. L'armée reçoit des fournitures alliées et une collaboration s'instaure.

Cette liaison, plus étroite avec la France et l'Angleterre, ne va pas sans difficultés et Diaz ne bénéficie pas des renforts militaires américains. L'Italie avait repoussé les instances françaises demandant un commandement suprême confié à Foch, de crainte que le front transalpin ne fût sacrifié. À la Conférence d'Abbeville, Orlando et Sonnino acceptent que Foch exerce, en Italie, des « pouvoirs de coordination » sur le théâtre italien des opérations. En mars 1918, lors de l'offensive allemande, Diaz avait dû transférer en France deux divisions italiennes ; en mai, Foch le pressa de lancer une offensive, pour soulager le front français ; mais Diaz refusa, dans la prévision d'une grande attaque autrichienne qui débuta effectivement le 15 juin. Après des insuccès initiaux, l'armée italienne refoula l'ennemi. Foch exhorta en vain Diaz à exploiter ce succès. Vivement critiqué par les Alliés, cet « attentisme » créa une crise, et Orlando envisagea le remplacement du commandant en chef, sauvé de la destitution par le soutien de Nitti. Diaz, imbu d'une conception stratégique défensive, hanté par les échecs de Cadorna et porté à surestimer la puissance militaire autrichienne, attaqua enfin. La prise de Vittorio-Veneto marquait le début de la débandade autrichienne. Diaz, couvert d'éloges excessifs, demeura un peu à l'écart, au lendemain de la paix, malgré ses liens avec Nitti. Ses convictions nationalistes et son hostilité aux politiciens dénoncés par D'Annunzio et Mussolini comme responsables de la « victoire mutilée » le rapprochèrent du fascisme naissant. Ainsi que beaucoup d'autres chefs militaires, il donna sa caution à la dictature. À la veille de la marche sur Rome, il semble avoir assuré le roi de la fidélité de l'armée, mais aussi l'avoir dissuadé de la mettre à l'épreuve en lui donnant l'ordre de marcher contre les Chemises noires. Lors de la constitution de son premier gouvernement (1922), Mussolini le nomma ministre de la Guerre. Diaz occupa cette charge jusqu'en avril 1924, puis se retira, pour raison de santé. En novembre de la même année, il reçut la dignité de maréchal d'Italie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DIAZ ARMANDO (1861-1928)  » est également traité dans :

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La Grande Guerre et la « victoire mutilée » »  : […] En 1914, comme la déclaration de guerre est le fait de l'Allemagne, l'Italie fait jouer une clause de la Triplice prévoyant cette éventualité, pour proclamer sa neutralité. Dans sa majorité, le pays désire demeurer en dehors du conflit. Le gouvernement est soumis, par les deux camps, à une intense pression diplomatique, pour l'inciter à entrer en guerre. En face du bloc « neutraliste », animé par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « DIAZ ARMANDO - (1861-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armando-diaz/