ARÉOMÈTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Instrument permettant de mesurer la concentration d'un liquide ou la densité d'une solution. Le principe des corps flottants régit le fonctionnement de cet appareil. Ces corps sont soumis à deux forces contraires : le poids P du corps, force exercée au centre de gravité, et la poussée d'Archimède, dirigée de bas en haut, exercée au centre de poussée. Cette poussée p est égale au poids du volume de liquide déplacé : p = Vi × a, Vi étant le volume immergé et a le poids spécifique du liquide.

Quand ces deux forces sont égales et opposées, il y a équilibre. Afin que l'équilibre soit stable, le centre de poussée doit se situer au-dessus du centre de gravité : un lest, placé très bas pour abaisser le centre de gravité, est surmonté d'un renflement afin d'élever le centre de poussée.

Deux sortes d'aréomètres sont utilisés : les aréomètres à volume constant et les aréomètres à poids constant. Ces derniers sont les plus utilisés pour la connaissance rapide mais peu précise qu'ils offrent de la densité ou de la concentration d'une solution. On distingue :

L'aréomètre à volume constant. Pour qu'un volume immergé constant soit en équilibre dans des liquides de poids spécifiques divers, il faut faire varier le poids de l'aréomètre. Celui-ci est donc surmonté d'un plateau où l'on peut poser des masses marquées. D'après le poids de ces masses, on peut déterminer le poids spécifique du liquide.

L'aréomètre à poids constant. Le volume immergé Vi change lorsque le poids spécifique varie. Afin d'apprécier ces variations de volume, l'aréomètre porte, sur une tige fine, des graduations. On les lit au niveau où affleure le liquide. Plus la tige est fine, plus la mesure est précise. Pour les liquides plus lourds que l'eau, le point d'affleurement dans l'eau pure est au sommet de la tige. Pour les liquides plus légers que l'eau, le point d'affleurement dans l'eau pure est à la base de la tige. Suivant la nature de leur graduation, on les appelle densimètres, pèse-acides, pèse-alcools ou alcoomètres, pèse-sels, lactomètres, etc.

L'aréomètre Baumé. Baumé a conçu un appareil dont la graduation, en degrés Baumé, est arbitraire, mais permet de mesurer la concentration de n'importe quelle solution avec le même appareil et la même unité.

Ces appareils sont gradués à une température déterminée. S'ils sont employés à une autre température, il est nécessaire de faire une correction, car le poids spécifique a varie avec la température, ainsi que le volume de l'aréomètre. Des tables de correction de température accompagnent ces appareils.

—  Alain LE DOUARON

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARÉOMÈTRE  » est également traité dans :

SEL

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 11 195 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La récolte du sel marin »  : […] Un mètre cube d'eau de mer contient de 28 à 29 kg de chlorure de sodium et 8 kg d'autres sels et le saunier sait que s'il laisse s'évaporer toute l'eau il récoltera un sel (NaCl) impur, âcre, fondant, de basse qualité commerciale et de transport difficile. Dès le Moyen Âge, grâce à la connaissance empirique du principe de la cristallisation des sels, il a réussi, en isolant le NaCl utile à la cui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain LE DOUARON, « ARÉOMÈTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/areometre/