Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRISONS ARCHITECTURE DES

Prison de Newgate

Prison de Newgate

La prison est sans doute un des thèmes architecturaux les plus caractéristiques du xixe siècle. Certes, il a toujours existé des cachots, mais la prison conçue comme un édifice autonome est liée à l'évolution du droit. Dès la fin du xviiie siècle, l'adoucissement des mœurs judiciaires donne à la peine privative de liberté la place principale et conduit à une réflexion sur le système pénitentiaire et sur ses expressions architecturales. Deux écoles, traduisant l'expérience américaine, s'opposeront : soit la réclusion totale du prisonnier, dans une cellule individuelle, selon le système dit pennsylvanien (Eastern Penitentiary à Philadelphie, par John Haviland, 1829), soit un système mixte dit encore auburnien, avec cellules individuelles pour la nuit et ateliers pour le travail en commun (prison d'Auburn, 1816-1826).

Le Panopticon de Jeremy Bentham

Le Panopticon de Jeremy Bentham

L'imagination des architectes sera de trouver un type de construction permettant d'assembler le plus de cellules possible dans un espace restreint avec une surveillance limitée. C'est Jérémie Bentham, le citoyen du monde, qui dans son Panopticon (1791) a formulé l'archétype de la prison du xixe siècle : une prison circulaire organisée autour d'une cour centrale, dont les cellules également réparties et équidistantes peuvent être surveillées du centre de la circonférence par un seul homme. Ainsi sont évités la « tyrannie subalterne » et un trop lourd appareil de coercition. Des prisons comme le Western Penitentiary à Pittsburgh (1826) ou comme celle d'Autun, par Berthier (1847-1856), tour cylindrique évidée, appliquent assez exactement le programme benthamien. Les Instructions conçues en 1841 par le ministre de l'Intérieur proposent un certain nombre de modèles soucieux de traduire l'unité de surveillance et de vue.

Plus que le plan circulaire, difficile à appliquer, sont élus des plans rayonnants où des ailes rectangulaires, à l'intérieur desquelles les cellules desservies par des coursives métalliques sont réparties autour d'un vide, débouchent sur un point central : prisons de Pentonville, États-Unis (1840-1842), de Kassel, Allemagne (1873-1882), Mazas à Paris (aujourd'hui détruite). Avec les grands magasins, les gares et les halles, les prisons offrent quelques-uns des plus beaux espaces intérieurs conçus, en utilisant du métal, par le xixe siècle.

L'agencement intérieur répond à un souci d'hygiène et de fonctionnalisme qui contraste souvent dans les façades avec le souvenir d'une architecture parlante, qui veut faire peur et avertir. Pour la prison d'Aix-en-Provence, non terminée, Ledoux, en 1776, avait imaginé une sorte de château fort-ziggourat aux entrées surbaissées. La prison construite à Pontivy sous le premier Empire comme celle de Würzburg, due à Speeth (1809), toutes deux détruites, avaient également l'apparence d'une bastille. À la Petite Roquette, chef-d'œuvre incompris et promis à la démolition de l'architecture du xixe siècle, Hippolyte Le Bas construit une sorte de castel hexagonal dont les tours d'angle contiennent les escaliers (1826-1836). Les meurtrières n'éclairent que les couloirs de circulation, puisque les cellules, largement éclairées, donnent sur des patios intérieurs.

Autonomie et contrainte, isolement et regroupement : l'architecture de la prison est faite de tels dilemmes. L'art des architectes — de Harou-Romain fils au pénitencier de Beaulieu près de Caen (première moitié du xixe s.) à Guillaume Gillet pour la centrale de Fleury-Mérogis (Essonne), achevée en 1968 — aura été chaque fois de trouver la solution impossible, qui témoigne en fait de l'état du système pénal, c'est-à-dire, et profondément, des mentalités.

— Bruno FOUCART

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Prison de Newgate

Prison de Newgate

Le Panopticon de Jeremy Bentham

Le Panopticon de Jeremy Bentham

Autres références

  • DANCE GEORGE (1741-1825)

    • Écrit par Monique MOSSER
    • 769 mots
    • 1 média

    Pour l'Angleterre, George Dance apparaît comme le parfait représentant de cette génération d'architectes formés dans le creuset international romain, juste après le milieu du xviiie siècle. Sa carrière longue et féconde, à cheval sur deux siècles, reflète les transformations du...

  • NORMAND ALFRED-NICOLAS (1822-1909)

    • Écrit par Annie JACQUES
    • 113 mots

    Fils d'architecte, Normand pousse ses études d'architecture jusqu'au Grand Prix de Rome, 1846. À la pratique du traditionnel relevé architectural dessiné, il ajoute celui de la photographie, technique alors nouvelle, réalisant de nombreux calotypes pendant son séjour italien. Grâce à son érudition...

  • URBANISME - Théories et réalisations

    • Écrit par Françoise CHOAY
    • 9 924 mots
    • 2 médias
    ...comportements de groupes sociaux nécessitant une surveillance. Ce dispositif connut un succès immédiat et fut essentiellement appliqué à la construction deprisons et d'établissements pénitentiaires, alors que Bentham proposait aussi des versions panoptiques de crèches, d'écoles et de manufactures.

Voir aussi