RECALCATI ANTONIO (1938- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1938 dans la banlieue de Milan, à Bresso, Antonio Recalcati, fils d'ouvrier, rêvait de devenir chanteur à la Scala. Il devint peintre, mais toute son œuvre garde la trace de ce rêve d'enfant : la « furia » d'un spectacle grandiose, où la réalité vécue acquiert les dimensions d'une épopée. Jeune héros déçu, il a présenté sa première exposition personnelle à l'âge de dix-neuf ans. Il aurait pu faire partie de ces peintres légendaires qui, comme Yves Klein ou Domenico Gnoli, sont morts trop tôt. Dès la fin de 1959, il avait trouvé sa voie, au-delà de son expressionnisme abstrait initial : une peinture d'un « vérisme halluciné » (Dino Buzzati), fondée sur l'empreinte directe de son corps ou de ses vêtements, sur des toiles recouvertes de peinture noire ou terre de Sienne. Empreintes négatives qui évoquent des rayographies et s'apparentent de loin aux œuvres de Francis Bacon, alors peu connu en Italie. En 1961, il a été invité à l'« Anti-Procès 3 », organisé par Alain Jouffroy et Jean-Jacques Lebel à la galerie Brera de Milan, où il participa à un Tableau collectif antifasciste (auquel collaborèrent également Enrico Baj, Erró, Jean-Jacques Lebel...) qui fut saisi par la police et qui n'est jamais ressorti des caves de la préfecture de Milan. Les Empreintes de Recalcati, 1960-1962 font l'objet d'un livre d'Alain Jouffroy : « Entre l'éclair atomique et les rayons X de la recherche radiographique, y écrit-il, les Empreintes de Recalcati visent à imposer l'idée de la réduction de la peinture à l'image de l'homme qui se tient face à la toile, et qui n'a que ses mains, ses bras, son visage comme moyens d'expression, de défense et de lutte. » Les Anthropométries qu'Yves Klein peignit simultanément à Paris sont dépourvues de cette dimension tragique et participent davantage de la féerie chorégraphique : Yves Klein utilisait pour les peindre des modèles nus féminins, qu'il dirigeait à distance co [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RECALCATI ANTONIO (1938- )  » est également traité dans :

AILLAUD GILLES (1928-2005)

  • Écrit par 
  • Jean JOURDHEUIL
  •  • 790 mots

Né en 1928 à Paris, le peintre Gilles Aillaud, fils de l'architecte Émile Aillaud, étudia la philosophie après guerre, puis revint à la peinture qu'il avait pratiquée avec assiduité durant son adolescence. Son devenir-peintre n'eut pas lieu dans une école des Beaux-Arts mais silencieusement, dans un isolement qui dura plus d'une décennie. De cette période il gardera une étonnante capacité à se ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-aillaud/#i_93853

ARROYO EDUARDO (1937-2018)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  • , Universalis
  •  • 1 060 mots

Né à Madrid le 26 février 1937, Eduardo Arroyo, qui a vécu et travaillé à Paris de 1958 à 1982 en effectuant quelques séjours en Italie et à Berlin, est l'un des peintres européens les plus offensifs qui aient été révélés depuis les années 1960. Élève de l'école de journalisme de Madrid, il est également écrivain : les livres qu'il a fait paraître en Italie ( Opere […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduardo-arroyo/#i_93853

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « RECALCATI ANTONIO (1938- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-recalcati/