VOLODINE ANTOINE (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un écrivain chamane

C'est en 1977 qu'est née, dans l'espace de la fiction, la littérature post-exotique ; avec Des anges mineurs de Maria Clementi, elle se dotait du premier romånce. Deux ans plus tard, Infernus Iohannes « signait » la première Shagga, avec Miroirs du cadavre. Volodine a ainsi donné, en appendice au Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, une bibliographie qui, de 1977 à 2012, rassemble les 343 œuvres de cette bibliothèque seconde. Tous ces textes échappent à la narratologie classique. La mort du narrateur en constitue une dimension capitale : chaque texte est signé par un « écrivain de paille » et dit par « un narrateur pour lequel l'usage est de choisir un détenu récemment disparu ou „suicidé“ ». Ainsi se déploie une logique fictionnelle à plusieurs niveaux, avec laquelle le lecteur doit jouer. Car la dernière manière d'écarter toute filiation avec la littérature officielle, celle des autorités, reste l'intégration du lecteur (celui bien entendu de la prison, personnage à part entière du post-exotisme) dans la configuration narrative. L'autre lecteur, celui que Volodine qualifie de « sympathisant » ou de « lecteur de librairie », pourra certes se plonger dans le texte, en ressentir la force de fascination, sans pouvoir toutefois en percevoir les échos secrets.

Antoine Volodine a constamment réaffirmé sa proximité avec les auteurs du post-exotisme, affirmant qu'il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier entre eux et lui. En 2008, Avec les moines-soldats accompagné de Haïkus de prison est attribué à Lutz Bassman, comme le seront Les aigles puent (2010) ou Danse avec Nathan Golshem (2012). L’écrivain a également publié des livres sous la signature d’Elli Kronauer et Manuela Draeger Faut-il parler ici d'hétéronymes, à la manière de Pessoa, ou de masques de Volodine ? Bien évidemment la question peut être posée ainsi, mais c'est probablement une concession à une vision trop cartésienne, une chausse-trappe ouverte sous les pieds du critique.

Le monde d'Antoine Volodine ne relève pas seulement de l'Occident et de sa ratio (Lisbonne, dernière marge), il emprunte aux civilisations amérindiennes (


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VOLODINE ANTOINE (1949- )  » est également traité dans :

ÉCRIVAINS (A. Volodine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 976 mots

L'œuvre d'Antoine Volodine est absolument à lire. Voilà une affirmation qui n'a plus à être justifiée mais qui doit être ironiquement confrontée à la réception des trois ouvrages (Écrivains, Onze Rêves de suie, Les aigles puent) parus à la rentrée de 2010. Volodine n'a pas démérité, mais ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrivains-a-volodine/#i_20454

SONGES DE MEVLIDO (A. Volodine)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 972 mots

Venu de la science-fiction, Antoine Volodine pratique la littérature en chamane. Si ses livres manifestent une force envoûtante qui lui amène aujourd'hui un large public, il apparaît aussi comme l'un des très rares auteurs actuels capables d'édifier une œuvre pleinement contemporaine. Écrivain de l'imaginaire, étiqueté « explorateur de mondes parall […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/songes-de-mevlido/#i_20454

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’Histoire revisitée »  : […] C'est ce matériau désastreux, mixte de totalitarismes meurtriers, d'utopies dévoyées, de révolutions avortées qui obsède les œuvres de Sylvie Germain ( Le Livre des nuits , 1985 ; Nuit d'ambre , 1987 ; Jours de colère , 1989), dont la démesure lyrique est imprégnée de mysticisme et de légendaire ; celles plus sombres encore, mais plus ironiques aussi, d'Antoine Volodine et de quelques autres roma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-roman-francais-contemporain/#i_20454

Pour citer l’article

Jean-Didier WAGNEUR, « VOLODINE ANTOINE (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-volodine/