ANTILLES NÉERLANDAISES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quatre îles d'importance inégale plus une partie d'une cinquième île étaient, jusqu'au 1er juillet 2007, groupées au sein de la fédération des Antilles néerlandaises et formaient, dans la mer des Caraïbes, un État autonome, associé aux Pays-Bas depuis 1954. La dissolution de la fédération est effective le 15 décembre 2008.

Au nord de l'arc insulaire des Petites Antilles se trouve le groupe des îles du Vent : Saba, avec ses 13 kilomètres carrés, n'est qu'un îlot volcanique sans ressources qui vit de la pêche, de l'élevage et de la culture de légumes et de pommes de terre, dont une partie est exportée dans les autres îles. Saint-Eustache, 21 kilomètres carrés, a peu de ressources. Le tiers méridional de Saint-Martin (le reste est français, avec Le Marigot pour ville principale), soit 34 kilomètres carrés, est équipé d'un aéroport international et, zone franche, possède une baie en eau profonde et de très belles plages ; ces atouts en font un centre touristique actif et apprécié ; des commerces divers animent la capitale Philipsburg, et les Japonais ont installé un centre de pêcheries dans l'île.

Le groupe des îles Sous-le-Vent se trouve au large des côtes du Venezuela. De l'ouest à l'est se succèdent trois îles : Aruba, 193 kilomètres carrés, qui a quitté la fédération le 1er janvier 1986 ; Curaçao, 444 kilomètres carrés ; Bonaire, 288 kilomètres carrés. Si Bonaire ne s'éveille qu'au tourisme, les deux autres îles comptent parmi les centres économiques les plus actifs des Antilles. Le raffinage des hydrocarbures a été implanté par la Shell dès 1915 et, depuis lors, diverses raffineries se sont installées dans les îles. Ces unités, qui ne traitaient que du brut du Venezuela, ont diversifié leur approvisionnement. Commerces, activités bancaires favorisés par les facilités de toutes sortes et concentrés à Willemstad, capitale de Curaçao, apportent, de même que le tourisme, des ressources complémentaires. Le revenu par habitant est élevé pour les Antilles, et les îles connaissent une forte immigration, notamment en provenance de la république Dominicaine, d’Haïti et des autres îles des Antilles.

Des mouvements séparatistes demandent, depuis les années 1970, l'indépendance totale des Antilles néerlandaises. À la suite de la dissolution de la fédération, commencée le 1er juillet 2007et achevée le 10 octobre 2010, les compétences de l’État fédéral sont transférées aux deux nouveaux territoires autonomes de Curaçao et de Saint-Martin. Les îles de Bonaire, Saba et Saint-Eustache deviennent trois communes néerlandaises à statut particulier.

—  Jean-Claude GIACOTTINO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANTILLES NÉERLANDAISES  » est également traité dans :

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 4 982 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les territoires non indépendants »  : […] Les territoires qui n’ont pas acquis leur indépendance se partagent donc entre souveraineté américaine, française, britannique et néerlandaise. Porto Rico est devenu, à partir de 1952, un État associé aux États-Unis qui jouit d'une large autonomie interne et de la gestion démocratique de ses affaires. La grave crise économique et financière qui affecte ce territoire depuis 2006 a entraîné une fort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-l-aire-des-caraibes/#i_49469

Pour citer l’article

Jean-Claude GIACOTTINO, « ANTILLES NÉERLANDAISES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antilles-neerlandaises/