BURGESS ANTHONY (1917-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1971, Anthony Burgess connut pour la première fois la grande notoriété lorsque fut porté à l'écran (par Stanley Kubrick) le roman Orange mécanique (The Clockwork Orange) qu'il avait publié en 1962 et qui reste sans doute son plus brillant exploit. C'est une fable anti-utopique dans la tradition anglaise qui va de Swift à Huxley : des gangs de jeunes terrorisent la population d'une ville qui n'est plus qu'une immense zone urbaine déshumanisée ; l'histoire est racontée, à la première personne et dans une langue, un idiolecte, qui amalgame de façon saisissante argot américain et lexique russe, par leur chef, Alex, voyou au charme pervers, archange passionné de musique classique et de langues anciennes pour qui cogner, violer, brûler, torturer, faire régner le mal dans sa pureté, est un acte de liberté spirituelle dans un monde programmé pour le progrès social et le bonheur. Chez Burgess, catholique anglais hanté par le péché originel et convaincu de la dépravation humaine, le thriller métaphysique à la Graham Greene se double ici d'une comédie de la cruauté à la Evelyn Waugh : ces deux romanciers catholiques sont sans doute, avec Joyce, ses principaux maîtres.

Né le 15 février 1917 dans le Lancashire, John Anthony Burgess Wilson est d'une famille de musiciens : son père était pianiste, sa mère, morte alors qu'il avait un an, cantatrice d'opérette (il relate ces circonstances dans son autobiographie, Little Wilson and Big God, 1987). Lui-même, à quatorze ans, décide de devenir compositeur. Il a écrit depuis symphonies, concertos et sonates, rêve d'un opéra, mais surtout a su retrouver les règles de la composition musicale dans la construction de ses romans, sa Symphonie Napoléon (Napoleon Symphony, 1974) en particulier, dont la structure complexe est inspirée de l'Héroïque de Beethoven. Burgess est venu tard à la carrière d'écrivain. Écrit en 1949, son premier roman, A Vision of Battlements, ne fut publié qu'en 1965 : le sergent R. Ennis, dont le nom se lit à l'envers « sinner » (le pécheur), oscillant entre sa fascinati [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  BURGESS ANTHONY (1917-1993)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Inventeurs et visionnaires »  : […] Tel n'est pas le cas de William Golding, chez qui l'idée est parfaitement intégrée au symbole. La puissance d'une subjectivité hantée par une obsession unique – la présence du mal au cœur de l'homme, qui s'exprime dans le langage complexe de l'allégorie et du symbole – le sépare des autres romanciers de son époque (notamment de ceux qui, comme lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_80707

KUBRICK STANLEY

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 908 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'installation en Europe et l'épanouissement »  : […] Comme pour retrouver les ambiguïtés qui lui sont chères en s'éloignant de Hollywood, le cinéaste entreprend en Grande-Bretagne une adaptation alors jugée audacieuse : celle de Lolita (le roman de Nabokov est encore plus ou moins interdit dans nombre d'États américains). Le film ne cherche pas à rivaliser avec le style (ni même avec les évocations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-kubrick/#i_80707

KUBRICK STANLEY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 132 mots

26 juillet 1928 Naissance de Stanley Kubrick à Manhattan, New York, d'une famille juive originaire d'Europe centrale. 1934-1940 Études primaires dans le Bronx où son père, médecin, lui donne le goût des échecs. Septembre 1941 Son père lui offre un appareil photo Graflex : Kubrick se prend de passion pour la photographie. 1943-1945 Études second […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kubrick-reperes-chronologiques/#i_80707

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « BURGESS ANTHONY - (1917-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-burgess/