ISIDORE DE MILET (mort av. 558)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Associé à Anthémios de Tralles pour la construction de Sainte-Sophie, Isidore de Milet était, comme ce dernier, méchanopoios. C'est lui qui après la mort d'Anthémios de Tralles eut à achever seul la construction de Sainte-Sophie et à ériger la partie la plus délicate de l'édifice, la coupole.

Il avait reçu, tout autant qu'Anthémios, une formation théorique poussée. Il paraît même avoir été, en mathématique et en géométrie, l'un des grands esprits de l'époque. On lui doit une édition d'Archimède dont se servit pour son commentaire son élève Eutokios d'Ascalon (vers 500). L'auteur du XVe livre des Stoicheia (Éléments) attribués à Euclide est également un de ses élèves qui se réfère aux règles que son maître a établies pour le tracé des triangles isocèles. Isidore fit aussi un commentaire sur les Kamarika (Voûtes) de Héron d'Alexandrie, traité écrit au ier siècle de notre ère. Il décrit dans cet ouvrage, aujourd'hui disparu, un compas spécialement conçu pour tracer des paraboles.

Son neveu, Isidore le Jeune, était lui aussi, d'après Procope et Agathias, méchanopoios. La date de sa naissance est inconnue, mais il ne devait guère avoir plus d'une trentaine d'années lorsqu'il surveilla, en compagnie d'un autre architecte, Jean, originaire de Constantinople, la reconstruction de Zenobia (l'actuelle Halebiye) en Syrie du Nord. Procope les dépeint en effet comme des hommes jeunes mais aussi capables par leur talent et leur expérience que des confrères plus âgés. Cette reconstruction intervint sans doute dans le même temps que celle de Resafah-Sergiopolis, survenue avant le siège de Resafah en 542. Sans doute est-ce le même architecte que l'on retrouve cité en 550 dans une inscription de Chalcis ad Belum (Kinnesrin) qui mentionne « le très vénérable et illustre méchanikos Isidore ».

Toutefois, l'œuvre qui le rendit le plus célèbre est la reconstruction de la coupole de Sainte-Sophie. Agathias raconte qu'après l'effondrement de la première coupole, Justinien réunit une commission d'architectes (mé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ISIDORE DE MILET (mort av. 558)  » est également traité dans :

ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 793 mots
  •  • 1 média

Architecte lydien né à Tralles dans la seconde moitié du v e  siècle, Anthémios appartenait à une famille extrêmement cultivée. L'historien Agathias nous apprend que son père était un médecin réputé et que ses frères furent respectivement maître de rhétorique (Métrodore, qui s'installa à Constantinople), juriste et médecins (dont l'un exerça à Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthemios-de-tralles/#i_7016

CONSÉCRATION DE SAINTE-SOPHIE (Constantinople)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 275 mots
  •  • 1 média

L'église de Constantinople, dédiée par Justinien le 26 décembre 537 à la Sainte Sagesse (Hagia Sophia, Sainte Sophie) de Dieu incarnée par le Christ, a remplacé deux basiliques antérieures, la première dédiée par Constance II en 360, la seconde par Théodose II en 415. Pour reconstruire l'édifice détruit par un incendie en 532, l'empereur Justinien fit appel à Anthémios de Tralles, architecte et ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consecration-de-sainte-sophie/#i_7016

Pour citer l’article

Jean-Pierre SODINI, « ISIDORE DE MILET (mort av. 558) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isidore-de-milet/