THÉROIGNE DE MÉRICOURT ANNE-JOSÈPHE THERWAGNE dite (1762-1817)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Olympe de Gouges et Claire Lacombe, Théroigne de Méricourt est l'une des premières féministes françaises de la période révolutionnaire. Née à Marcourt, au sud de Liège, dans les Pays-Bas autrichiens, Théroigne était issue d'une famille de paysans propriétaires. Elle passa son enfance dans une grande misère morale, qui fut sans doute à l'origine de son état mélancolique. Très vite, elle rêva de changer de condition et de devenir musicienne. À la veille de la Révolution, rongée par la vérole, elle mena une existence de demi-mondaine, entre Londres et Paris, entretenue par un marquis jaloux et escroquée par un castrat, chanteur à la chapelle Sixtine, qui lui fait miroiter une carrière de chanteuse.

Engagée dans le combat en faveur de la liberté, elle suit chaque jour les travaux de l'Assemblée constituante et se construit une identité nouvelle en fréquentant l'abbé Sieyès, Barnave et Pétion. Elle ouvre d'abord un salon intellectuel, puis fonde une société patriotique avec Gilbert Romme, futur inventeur du calendrier républicain et futur conventionnel dans les rangs de la Montagne. Plus elle apparaît comme une mystique de la Révolution, plus elle devient la cible de la presse royaliste, qui fait d'elle une libertine sadienne et l'accuse d'avoir voulu assassiner Marie-Antoinette lors des journées d'octobre, auxquelles elle n'a pas pris part. Les Actes des apôtres, journal fondé par Antoine Rivarol, Jean-Gabriel Peltier et François Suleau, se montre le plus virulent. Poursuivie par le tribunal du Châtelet pour un « crime » qu'elle n'a pas commis, elle retourne dans son pays natal. Mais la rumeur la précède et elle est enlevée par des aristocrates en exil qui la livrent à la justice autrichienne. L'empereur Léopold II, dont elle est sujette, reconnaît son innocence et la fait libérer. De retour à Paris, elle s'engage au côté de la Gironde et tente en vain de lever des « bataillons d'Amazones » pou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'université de Paris-VII, vice-présidente de la Société internationale d'histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse

Classification

Pour citer l’article

Élisabeth ROUDINESCO, « THÉROIGNE DE MÉRICOURT ANNE-JOSÈPHE THERWAGNE dite (1762-1817) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-josephe-theroigne-de-mericourt/