SEGOVIA ANDRÉS (1893-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure légendaire de la guitare, Andrés Segovia a conféré à son instrument les lettres de noblesse qui ont fait de celui-ci l'un des meilleurs vecteurs de la pratique musicale amateur et professionnelle.

Andrés Segovia

Andrés Segovia

Photographie

L'Espagnol Andrés Segovia (1893-1987), ici en 1963, figure légendaire de la guitare, fit accéder celle-ci au rang d'instrument soliste dans l'interprétation des œuvres classiques. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Un révolutionnaire paisible

Né à Linares, près de Jaén, à la limite de l'Andalousie et de la sierra Morena, le 21 février 1893, Andrés Segovia Torres est le fils d'un notaire mais il sera surtout élevé par son oncle, qui l'envoie, dès l'âge de dix ans, à Grenade, où il étudie le piano, le violon et le violoncelle à l'Institut de musique. Faute de trouver dans les instruments traditionnels un moyen d'expression correspondant à sa personnalité, il se tourne vers la guitare, qu'il travaille en privé, puisque aucun enseignement n'était délivré dans les écoles traditionnelles. Il donne son premier récital au Centro Artístico de Grenade vers 1909. Puis viennent les concerts à Barcelone et à Madrid, en 1916, qui attirent l'attention sur lui et décident vraiment de la suite de sa carrière : il entreprend en 1919 une grande tournée en Amérique du Sud et prend alors conscience de la nécessité de créer un répertoire propre à l'instrument. Jusqu'alors, il jouait ses propres transcriptions de pièces romantiques pour piano (Chopin, Schumann, Mendelssohn), d'œuvres des vihuelistes espagnols ou de Jean-Sébastien Bach (notamment la Chaconne de la Partita no 2 pour violon seul). Il découvre à la même époque les manuscrits de Francisco Tárrega (1852-1909), qui avait commencé à sortir la guitare du domaine du flamenco où elle était alors cantonnée.

Autodidacte, Segovia se forge une technique tout en réfléchissant sur l'interprétation moderne : « La guitare n'a été qu'un aboutissement instrumental après une série d'éliminations successives [...]. Par malheur, les professeurs de mon petit village me rebutaient au lieu de m'attirer. Alors, j'ai regardé la guitare, je l'ai entendue entre les ma [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  SEGOVIA ANDRÉS (1893-1987)  » est également traité dans :

GUITARE

  • Écrit par 
  • Robert Jean VIDAL
  •  • 4 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Guitares et guitaristes »  : […] La guitare noble eut son apôtre en Francisco Tárrega, né en 1852 à Castellón de la Plana, près de Valence. Sa vie fut celle d'un grand mystique, une vie de passion pour son art, dépourvue d'ambitions étrangères à son idéal. Après des études de piano et d'harmonie au conservatoire de musique de Madrid, Tárrega se consacre à la guitare dont il ratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guitare/#i_15945

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « SEGOVIA ANDRÉS - (1893-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andres-segovia/