AN SHIGAO [NGAN CHE-KAO] (IIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premier grand traducteur de textes bouddhiques en chinois. Il s'appelle An Qing (An Shigao étant un nom honorifique ; An est une abréviation pour An-siäk, ou Arsak). Né dans une grande famille parthe, devenu prince héritier de la maison au pouvoir, il abandonne ses droits au bénéfice de son oncle, à la mort de son père, et se retire dans un monastère bouddhiste. Il arrive à Luoyang en 148 et, pendant vingt ans, se consacre à la traduction en chinois de textes bouddhiques, puis à la propagation de la foi. Il serait mort assassiné lors d'une de ces pérégrinations missionnaires. Tous les éléments qui nous sont parvenus sur sa vie sont sujets à caution, les faits et la légende s'y trouvant intimement mêlés. Le nombre de ses traductions varie avec les historiens : de 30 à 176. Toutes celles que nous possédons encore et qui peuvent lui être attribuées avec quelque vraisemblance concernent des textes du Petit Véhicule et, en particulier, ceux qui exposent les diverses techniques de la méditation (dhyāna) ou des catégories numériques telles que celles qui sont présentées dans l'Anguttaranikaya.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AN SHIGAO [ NGAN CHE-KAO ] ( II e s.)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 721 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les textes bouddhiques en chinois »  : […] La presque totalité des traductions de textes bouddhiques en chinois date de la période comprise entre le ii e et le xi e  siècle. Ces textes, au nombre de 1 692 –  sūtra (sermons qui sont censés avoir été prononcés par le Buddha), traités de métaphysique, traités de discipline, commentaires de maîtres bouddhiques –, couvrent l'ensemble du bouddhisme indien et en constituent la source écrite la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « AN SHIGAO [NGAN CHE-KAO] (IIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/an-shigao-ngan-che-kao/