RODRIGUES AMÁLIA (1920-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aucune voix n'a incarné à ce point l'austérité douloureuse, les roucoulements volubiles, la nostalgie voluptueuse du fado, qui, selon l'écrivain portugais Fernando Pessoa, exprime « la lassitude des âmes fortes ».

D'Amália Rodrigues émanait une sorte d'élégance naturelle, une noblesse majestueuse nourrie d'une intériorité contemplative qui galvanisait les foules. Le sens du tragique lui collait à la peau. Apparemment dédaigneuse, elle était en permanence habitée par une sincérité au bord des larmes. Elle incarnait la saudade, la fameuse nostalgie lusitanienne : dès l'adolescence, elle fut rongée par le démon du suicide et sa dernière tentative remontait à 1984.

Fille du peuple née en 1920 (le 23 juin ? le 1er juillet ?) dans les quartiers ouvriers de Lisbonne de parents fraîchement débarqués de la campagne, la petite Amália quitte l'école dès l'âge de douze ans pour apprendre la broderie, fabriquer des bonbons ou vendre des fruits sur le port d'Alcantara.

Qu'une femme se mette à chanter était très mal vu au début du xxe siècle. D'autant que le fado est, à l'instar du blues ou du tango, une musique maudite, qui à poussé dans les bas-fonds. Est-il d'origine arabe, emprunte-t-il son tempo au mouvement des vagues ou résulte-t-il d'un brassage de musiques rurales portugaises et de traditions africaines ou brésiliennes arrivées avec les bateaux ? Ce qui est sûr, c'est que ce style s'est épanoui dans les quartiers populaires de Lisbonne à la fin du xixe siècle.

Amália Rodrigues, qui excellait dans l'improvisation ornementée, sut très vite s'imposer comme l'âme du fado et l'ambassadrice d'un peuple. Sa voix torturée enflait, se cassait, se faisait âpre et caressante, portée par les notes cristallines de la viola, guitare à douze cordes héritée du cistre de la Renaissance.

Sensuelle, charmeuse derrière ses immenses châles noirs et ses chants désespérés, Amália savait, lorsqu'elle était filmée pour le cinéma – Capas Negras (« Capes noires »), de Armando de Miranda, 1947 ; Les Amants du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Éliane AZOULAY, « RODRIGUES AMÁLIA - (1920-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amalia-rodrigues/