BERTRAND ALOYSIUS (1807-1841)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du fantastique au familier

Est-ce la misère qui métamorphosa la lune, à ses yeux, en un carolus d'or ? Fit-il mourir de faim la salamandre du foyer parce qu'il avait le ventre creux ?

Plus simplement, sans doute, il n'oublia jamais les contes d'Hoffmann, les romans noirs et les récits de Walter Scott. Il s'amusait à dessiner, au charbon et à la sanguine, sur les murs des corridors, des pendus dont le soleil couchant rougit la carcasse. Et, comme le jeune reclus qu'il met en scène dans « La Cellule », il dut bien souvent tracer des figures diaboliques sur les pages blanches de son livre d'oraisons et farder « d'une ocre impie » quelques têtes de mort. À l'heure du sabbat poétique, Scarbo, le gnome railleur qui peut grandir comme le clocher d'une cathédrale, vient le narguer en « monnoyant » sourdement ducats et florins ou en lui offrant pour linceul, au lieu d'une feuille de tremble, la livide toile d'araignée tendue dans le crépuscule.

Mais Aloysius Bertrand sait aussi dessiner, avec un humour tendre, « le saule caduc et barbu qui pêche à la ligne », ou deviner, à l'horizon de l'impossible, la chaumine de ses rêves, embaumée par la giroflée qui fleure l'amande. Alors la lune ne tire plus la langue comme un pendu, le soleil ouvre ses cils d'or sur le chaos des mondes et les étoiles pointent comme les étamines de la terre, ce calice embaumé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de littérature comparée à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification

Autres références

«  BERTRAND ALOYSIUS (1807-1841)  » est également traité dans :

POÈME EN PROSE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 014 mots

La frontière qui sépare la poésie de la prose n'est guère indiscutable qu'aux yeux de ceux qui réduisent la poésie à la seule versification. Pourtant, cette frontière — son tracé ou bien son existence même — n'a jamais cessé d'être contestée de toutes parts, à toutes les époques. Le poème en prose , depuis le romantisme, est un des lieux privilégiés de cette contestation. Auparavant, il faut se so […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRUNEL, « BERTRAND ALOYSIUS - (1807-1841) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aloysius-bertrand/