SWINBURNE ALGERNON CHARLES (1837-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a souvent et à juste titre comparé Swinburne à Shelley. Ces deux grands poètes lyriques anglais, dont les œuvres, comme deux portes monumentales, se dressent à l'entrée et à la sortie du xixe siècle, ont de nombreux points communs : même origine aristocratique, même constitution fragile, même passage à Eton, difficile et mortifiant, puis à Oxford où l'un et l'autre se jettent dans l'athéisme et l'anticonformisme, même sensibilité, enfin et surtout même exaltation intellectuelle étroitement unie à la puissance du verbe et à l'imagination poétique. Mais Shelley meurt à trente ans et reste jeune à jamais ; Swinburne devra attendre patiemment la mort jusqu'à soixante-treize ans, s'étant, pour vaincre ses démons, laissé emprisonner dans une villa à Putney de 1879 à 1909.

Le défenseur de l'esthétisme et du paganisme antique

Marqué par une lourde hérédité – son père, le futur amiral Charles Henry Swinburne, et sa mère, lady Jane, fille du comte d'Ashburnham, étaient cousins et leurs deux familles depuis longtemps alliées –, Algernon se sentit très vite et se voulut à part, dressé contre les siens et contre son siècle. Il fut un antivictorien, heurtant de front les idées, les mœurs et les préjugés qui triomphaient. Il rejette le christianisme, ennemi de la beauté sensuelle et de toutes les amours libres. Il se veut païen, comme dans la Grèce antique, et célèbre Aphrodite, Proserpine, Pan, Sappho et les jeunes éphèbes. Il est républicain parce qu'Athènes exalta la république, et il chante ses hymnes à la liberté face aux tyrans et aux rois. Son lyrisme chaleureux, son amour passionné de la mer lui valurent succès et renom, mais il ne put vaincre la réticence victorienne. Aujourd'hui, ses audaces ne sauraient choquer. Demeure la beauté de son chant.

Né à Londres, Swinburne connut une enfance épanouie dans l'île de Wight. À Ashburnham dans le Sussex, à Capheaton Hall dans le Northumberland, il passa des jours heureux chez ses grands-parents. Ce fut sir John Swinburne qui lui apprit à aimer la France et ses idées républicaines. Le front encadré de beaux cheveux roux, il était [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SWINBURNE ALGERNON CHARLES (1837-1909)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

BLAKE WILLIAM (1757-1827)

  • Écrit par 
  • Claude DOUBINSKY, 
  • Régine LUSSAN
  •  • 5 463 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De la perception vulgaire au pouvoir visionnaire »  : […] William Blake est né à Londres, et il y est mort. Son père, modeste bonnetier, ne lui imposa aucune instruction primaire, mais lui fit très tôt apprendre le dessin, puis le métier de graveur, qui demeurera le sien toute sa vie. En 1782, il épouse Catherine Boucher, jeune femme presque illettrée qu'il initie à sa profession et qui lui sera jusqu'au bout d'un soutien patient et dévoué. En 1787, il p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Georges RITZ, « SWINBURNE ALGERNON CHARLES - (1837-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/algernon-charles-swinburne/