TENNYSON ALFRED (1809-1892)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alfred Tennyson est sans conteste la figure majeure de la poésie victorienne. Browning, plus complexe, plus difficile, reste son brillant second. De 1850 à 1892, lord Tennyson fut le porte-parole officiel de la nation britannique ; la reine Victoria et tous les personnages importants : savants, philosophes, romanciers, hommes politiques et poètes, voulurent s'honorer de son amitié. On l'admira ; on vit en lui le noble et hautain vieillard qui vaticinait et conseillait. Tous se soumettaient à l'émouvante magie de ses vers. Après sa mort et jusqu'à 1930 environ il fut de bon ton de démolir la statue. On ironisa sur les manies, les poses du poète à la haute silhouette ; on moqua son sentimentalisme et la médiocrité de sa pensée. Aujourd'hui le dénigrement a cessé et Tennyson a retrouvé droit de cité. T. S. Eliot l'a loué pour « son abondance, sa variété, sa totale maîtrise ». On sait reconnaître en lui le précurseur ou l'annonciateur de nos maîtres à penser anglo-saxons : Yeats, Joyce, Huxley, Eliot. Son inquiétude spirituelle, au cœur d'une époque qui fut déchirée par le conflit de la science et de la religion chrétienne, nous touche par sa vérité et le douloureux tiraillement entre la foi et le doute. Confiant en l'orthodoxie victorienne, prônant vertu et courage, mais tourmenté par les sombres appels du cœur et du désespoir, l'ambiguïté de son tempérament le rend proche de nous. Quant à la musique de ses poèmes, elle est celle d'un homme qui posséda, selon W. H. Auden, l'oreille la plus délicate de tous les poètes anglais. À ce seul titre, il mériterait l'audience qu'il a retrouvée.

Les frustrations d'une lente maturité

Alfred Tennyson naquit au presbytère de Somersby, comté de Lincoln, quatrième des douze enfants du révérend Charles Tennyson. La mère, très pieuse, eut jusqu'à sa mort en 1865 une très grande influence sur son fils. Mais la famille était marquée par l'injuste décision d'un grand-père qui avait déshérité son fils aîné au profit du cadet et lui avait imposé la vie de pasteur sans qu'il en eût la vocation. Bien qu'il se fût soumis à la volonté paternelle, Charles Tennyson en souffrit toute sa vie. Alfred connut une enfance difficile dans une atmosphère tendue, triste, démoralisée. Envoyé à Cambridge, il ne put, faute d'argent, y terminer ses études. On comprend l'humeur sombre du jeune homme, ses irritations, son repli sur soi. Frustré, il se tourna vers la nature, les larges horizons des collines et du plat pays autour de Lincoln. Il y aima le silence, la solitude, se fit observateur passionné, devenant à la suite d'un Coleridge et d'un Keats un maître de la description minutieuse, si chère plus tard aux préraphaélites, en se servant de mots précis, subtils et musicaux.

Entré à dix-huit ans à Trinity College, il s'y était fait très vite des amis et avait appartenu au groupe des « Apôtres », où les étudiants abordaient tous les problèmes, reposant toutes les questions philosophiques fondamentales ; il s'était senti confirmé dans son désir de se consacrer comme Wordsworth à la seule poésie. Déjà en 1826, il avait publié avec ses frères un recueil de vers. Mais de 1830 à 1850, Alfred Tennyson va connaître une suite presque ininterrompue d'épreuves. La mort de son père (1831) le force à quitter l'université. En 1833, son meilleur ami Arthur Hallam, fiancé à sa sœur Emily, meurt à Vienne. Le soutien moral qu'il trouvait en lui s'effondre. Pendant des années il connaîtra une peine paralysante, une mélancolie indicible. Il laissera passer dix ans entre son recueil de Poems (1832), qui reprenait et développait ses Poems, Chiefly Lyrical (Poèmes surtout lyriques) publiés en 1829, et le volume de 1842 où il met le meilleur de lui-même, où transparaissent son chagrin, ses méditations, ses angoisses et sa volonté de vivre. Fiançailles rompues, petite fortune personnelle perdue entre 1840 et 1844, séjour en clinique pour tenter de se remettre « de la constante horreur et détresse des années 1841 et 1842 », et médiocre succès de ses recueils : c'est la longue traversée des jours sans joie. Peu à peu le ciel plombé s'éclaircit et s'élève. En 1845, à trente-six ans, il reçoit une pension royale. The Princess (1847), poème où il étudie le problème de l'éducation universitaire des jeunes filles et leur place dans la vie nationale, obtient un réel succès. Plus à l'aise, il entreprend des voyages ; il en gardera le goût tout au long de sa vie. Enfin, après quatorze années d'attente, il r [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TENNYSON ALFRED (1809-1892)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

CYCLE ARTHURIEN DANS LA FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 481 mots

Dans le chapitre « Renaissance victorienne »  : […] L'histoire des réécritures arthuriennes se confond pour une part avec celle de la fantasy, l'autre part se rattachant, quant à elle, au roman historique. Le goût pour le Moyen Âge a ainsi joué un rôle décisif dès l'invention de la fantasy comme genre littéraire durant l'ère victorienne. Et comme il s'agit d'un passé médiéval anglais, la figure du roi Arthur y est privilégiée. Celui-ci fit l'objet […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Georges RITZ, « TENNYSON ALFRED - (1809-1892) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-tennyson/