PATER WALTER (1839-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Critique et essayiste anglais. Sa famille, d'origine hollandaise, donnait aux garçons une éducation catholique, et une éducation protestante aux filles. Walter Pater resta partagé entre des tendances diverses : un attachement sentimental pour le mouvement d'Oxford, pour le rituel et pour la liturgie ; une curiosité intellectuelle s'ouvrant sur l'hégélianisme et le relativisme ; une quête quasi mystique de la beauté, foyer où s'épanouit et s'épure notre vision du monde. Cet esthétisme a des liens avec le préraphaélisme, mais Pater l'érige en doctrine cohérente, en mode de vie. Célibataire, il trouva auprès de ses deux sœurs un foyer confortable et discret ; son élection, en 1864, comme fellow au Brasenose College d'Oxford, lui offrit une manière d'ermitage, propice à ses méditations et à la diffusion de son influence dans le cercle de disciples choisis.

Pater est l'expression parfaite, le produit le plus pur de ce que l'université anglaise peut apporter de raffinement à l'humanisme et d'élargissement à la culture — trop souvent indifférente en Angleterre aux valeurs de l'art —, en accueillant côte à côte l'Antiquité et le monde moderne, la peinture et la poésie, la Renaissance italienne et la française (Studies in the History of the Renaissance, 1873 ; Appreciations with an Essay on Style, 1889). Platon (Plato and Platonism : a Series of Lectures, 1893) est un centre d'où rayonnent et où reviennent sans cesse ses essais, mais Winckelmann et Coleridge, Wordsworth et Rossetti retiennent aussi son attention. Pater est plus qu'un critique littéraire : c'est un philosophe, un contemplatif, un distillateur des idées, des sensations et émotions que suscitent en lui tous les arts. Du monde extérieur il n'a connu que quelques paysages de France et ce qu'on pourrait appeler l'Italie des esthètes. La vie s'offre à lui comme un courant où flottent des Imaginary Portraits (1887), titre significatif, car tous ces profils d'exquis adolescents, frêles comme fleurs de serre, ces âmes ambiguës d'androgynes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  PATER WALTER (1839-1894)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 337 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] D. G. Rossetti (1828-1882) le Paradis de Dante, qu'on trouve réduit à un chiffre dans le décor préraphaélite de la Blessed Damozel (1847). Swinburne et W. H. Pater (1839-1894) ouvrirent le chemin à la décadence et à Oscar Wilde (1854-1900) ; le décadentisme et le symbolisme influèrent sur la renaissance celtique qui fleurit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5946

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 872 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Roman »  : […] qu'est Kipling, il se met au service de l'impérialisme. C'est une très riche variété d'exotisme, mais dans le temps, que réalise le grand critique et esthète, disciple de Platon et de Hegel, Walter Pater, avec Marius the Epicurean (1885, 1892). George Gissing fait violence à ses goûts d'érudit et applique un réalisme relativement audacieux aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_5946

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « PATER WALTER - (1839-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-pater/