ABRIKOSOV ALEXEI ALEXEEVICH (1928-2017)

Le physicien théoricien Alexei Abrikosov est né le 25 juin 1928 à Moscou. Après des études à l'université de Moscou, il soutient en 1951 et 1955 ses deux thèses à l'Institut des problèmes physiques. Peu après que ses compatriotes Vitaly L. Ginzburg et Lev Landau ont proposé en 1950 une théorie résolument novatrice des états supraconducteurs, et aiguillonné par des résultats expérimentaux qui paraissent contradictoires, il montre (en 1952) comment, pour certaines valeurs d'un paramètre, la transition de phase entre l'état normal et l'état supraconducteur est du deuxième ordre, selon la terminologie due à P. Ehrenfest. Cette découverte lui permet de distinguer deux types de matériaux supraconducteurs, distinction qui se révèle rapidement essentielle. En 1953, Abrikosov démontre qu'un flux magnétique peut pénétrer à l'intérieur de ces matériaux. Il prévoit en particulier l'arrangement particulier qu'y prennent les lignes de flux magnétique, selon un réseau de tourbillons (les vortex d'Abrikosov). Mais comme cette idée n'est pas immédiatement acceptée par Landau, Abrikosov ne la publie qu'en 1957, ce qui la fera méconnaître jusqu'à ce que des expériences de diffraction neutronique la prouvent indubitablement en 1964. Ces travaux vaudront à Abrikosov de partager le prix Nobel de physique 2003 avec Vitaly L. Ginzburg et Anthony J. Leggett, un physicien britannique auteur de travaux fondamentaux sur la superfluidité.

Lauréat du prix Lénine en 1966, Abrikosov a poursuivi l'étude des propriétés quantiques des solides, et en particulier des nouveaux supraconducteurs à haute température critique. Il a également obtenu des résultats importants en électrodynamique et en astrophysique théorique. Professeur à l'université de Moscou jusqu'en 1976, Abrikosov a été responsable du département de physique théorique des solides à l'Institut Landau (Moscou) de 1965 à 1988, puis directeur de l'Institut de physique des hautes pressions à Troitsk jusqu'en 1991, tout en dirigeant le département de physique théorique de l'Institut des aciers et alliages de Moscou (1976-1991). Immigré en 1991 aux États-Unis, il est devenu citoyen naturalisé américain en 1999. Au Laboratoire national d'Argonne près de Chicago, il poursuit des recherches sur la magnétorésistance, une propriété qu’ont certains matériaux à changer leur résistance au passage du courant électrique sous l’influence d’un champ magnétique.

—  Bernard PIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  ABRIKOSOV ALEXEI ALEXEEVICH (1928-2017)  » est également traité dans :

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 778 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] souvent inhomogènes, mais laissait de côté leurs propriétés réversibles. Celles-ci seront correctement observées en 1936 par Aleksei V. Shubnikov et expliquées par Aleksei A. Abrikosov en 1957 : dans ces supraconducteurs, dits de deuxième espèce, l'effet Meissner existe jusqu'à un champ critique noté Hc1, ou champ de première pénétration ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_38362

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « ABRIKOSOV ALEXEI ALEXEEVICH - (1928-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-alexeevich-abrikosov/